J’arrive en retard au culte. Je pousse la porte au parterre d’une grande maison individuelle, la salle du Royaume comme la nomment les témoins de Jéhovah. « Le culte est public, tout le monde peut venir… » m’avait dit Hélène. A l’entrée, des cerbères trient le bon grain de l’ivraie. « Vous avez été invitée par qui? » me demande l’un d’eux. « Par Hélène que j’ai rencontrée au marché de Bondy où elle tenait un stand ». « Hélène comment? » « Je ne sais pas son nom de famille Monsieur ». Il insiste pour connaître le nom de famille. Coup de bol, je vois Hélène dans la salle. Je la désigne.

Apparemment, l’entrée du Royaume est bien gardée… J’ai de la peine à écouter le « frère » qui enseigne, un français pure souche. Hélène prend place à côté de moi. J’aimerais lui poser quelques questions sur son expérience de témoins de Jéhovah à Bondy. Nous nous isolons dans un petit local. C’est d’abord son mari, un fervent catholique de la Guadeloupe qui s’est converti. Comment les voisins ont-ils réagi? « Au début les gens ne comprenaient pas. Ils pensaient que nous faisions partie d’une secte. Puis ils se sont rapprochés. » Elle me parle de ses anciens voisins français, « des racistes », qui soudain, apprenant leur conversion, ont changé d’attitude à leur égard. « Ils nous ont même confié les clés de leur appartement pendant les vacances ». Quel miracle, ais-je envie de commenter. Et lorsque les témoins vont faire du porte-à-porte, sonnent-ils aussi chez les musulmans? « Oui bien sûr. Mais à Bondy, c’est spécial, les gens me connaissent. Certains musulmans nous font rentrer. Nous discutons de religion. Parfois l’on me dit: « Mais convertissez-vous donc à l’islam! Je leur réponds: « L’islam ne met pas en pratique les principes de Dieu. De plus, des gens prennent les armes au nom de l’islam ».

Hélène a été en prise directe avec les événements puisque son immeuble a dû être évacué. « Ils ont tout brûlé dans notre parking. Le lendemain, j’ai dû prendre congé, car j’étais fatiguée et bouleversée. » Hélène s’inquiète: « Si un jour il se passe la même chose dans toute la France, comment les êtres humains pourront-ils faire face à la situation? Seul Dieu pourra régler cela. » Mais alors pas au Kärcher j’espère!

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021