C’est très émue que Patricia Rivière, présidente de l’association « Libre Terre des Femmes » a reçu la première édition du prix de l’engagement pour les banlieues décerné par l’ANRU et la Fondation Agir contre l’Exclusion (FACE). « C’est une opportunité extraordinaire pour notre association. Vous aidez vraiment les jeunes filles des quartiers ». Lauréate du prix « Innovation sociale », Patricia Rivière a mis en place un atelier photo « Jouets-vous » à destination des enfants dès leur plus jeune âge. « Les enfants sont conditionnés dès tout petits à leur genre. Notre objectif est de lutter contre le sexisme et faire passer le message qu’hommes et femmes sont égaux. Actuellement localisée dans le 19e arrondissement parisien et parrainée par GDF Suez, Libre Terre de Femmes espère pouvoir diffuser son projet grâce aux 20.000 euros offerts avec le prix pour l’engagement pour les banlieues.

Trois autres lauréats ont chacun reçu 10.000 euros pour le développement, selon les mots de Jacques Attali, président de PlaNet Finance, « de projets passionnants qui peuvent grandir, soit parce que c’est un concept qui peut se répliquer ailleurs ou une entreprise qui peut elle-même grandir ». Le prix « Impact territorial » a été remis à l’association Kygel Théâtre qui travaille sur Sevran et Aulnay-sous-Bois essentiellement. « Banlieues en héritage(s) », porté par le président Karim Yazi, est un projet artistique et culturel sur la mémoire. « C’est un vrai engagement citoyen de notre part depuis longtemps. Le travail sur la mémoire est très important parce que dans les quartiers difficiles, certains jeunes ne savent plus d’où ils viennent. Cela pose des problèmes d’identité. »

Choisie par Dexia, Service plus est la régie du quartier Limeil-Brévannes. L’association a pour objectif de créer une épicerie solidaire, « ouverte à tous », précise son président, Stéphane Bayet. « Je précise « à tous » parce que nous ne voulons pas stigmatiser une population. Cette épicerie sera solidaire parce qu’elle favorisera les circuits courts et permettra la création d’une vingtaine d’emplois. »

Enfin, le quatrième lauréat récompensé du prix « Coup de cœur » est la Pépinière Mathis dans le 19e arrondissement de Paris, parrainée par l’Acsé. « Notre but est d’accompagner des projets associatifs et de permettre à de jeunes associations de s’implanter ensuite », précise Sabrina Ring de la Pépinière Mathis. A l’issue de cette remise de prix, Gérard Hamel, président de l’ANRU, a tenu à souligner l’implication de l’ANRU : « Il n’y a pas de réussite possible, inscrite dans le temps, si l’ANRU n’est pas associée à une action associative elle aussi inscrite dans le temps ».

Sophie Noachovitch

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=EZ7cjxuD-ko&feature=player_embedded[/youtube]

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021