Cher journal,

Ces derniers jours ont été très durs émotionnellement. Je n’ai jamais subi de choc émotionnel aussi intense depuis la bagarre dans la boue de Ségolène et de Valérie. En effet Jérôme a dévoilé à tout le monde notre vilain petit secret. Et comme si cela ne suffisait pas, Christine Boutin, la catho coincée, m’a déclaré la « guerre civile » sur Twitter. Mais je n’ai pas peur, car Valérie m’a confié que j’étais un vrai chef de guerre. D’ailleurs c’est moi qui ai lancé le hashtag #TaGueuleBoudin.

Pour en revenir à Jérôme « l’arnaque », je dois t’avouer que l’affaire a mis un grand foutoir dans la #TeamFlamby. Pierre Moscovici est terrorisé. Il ne dort plus la nuit. A chaque fois qu’il ferme les yeux, il voit la moustache du boss de Médiapart, Edwy Plenel. Pauvre Pierrot ! Quant à Cécile Duflot, je ne peux que constater qu’elle a craqué psychologiquement. Avouer que l’on roule dans une Twingo vieille de 10 ans quand on est ministre, « non, mais allô quoi ! ».

Toutefois je les comprends, car avec cette affaire, moi aussi je traverse une période difficile. Je me demande toujours comment Jérôme « l’arnaque » a pu me duper à ce point. Il m’avait dit : « François je te jure que je n’ai pas de compte en suisse. Croix de bois, croix de fer, je mens, je vais en enfer ». Et moi je l’ai cru. Je suis blessé, heurté, meurtri  tant il est vrai que ma république n’est plus exemplaire. Mon quinquennat est brisé et le peuple français ne croit plus à ma politique.  J’ai maigri et le régime Dukan n’y est pour rien.

Dorénavant je vais devoir prendre des décisions. Plutôt que de remanier mon équipe comme le suggère mes méchants adversaires de la droite, « Moi président » j’ai préféré prôner la transparence de la vie politique. N’est-ce pas là une brillante idée ? Désormais tous les membres de la #TeamFlamby seront obligés de déclarer leur patrimoine. Plus de mensonges ! Entre nous, il n’y a que la vérité qui compte à l’avenir.

J’espère, tout de même qu’Arnaud Montebourg n’a pas investi dans des mixeurs « Made In China » sinon c’est la cata.

Cher journal, à  l’heure où j’écris ces lignes, le pays va mal. Certains opposants au mariage pour tous se radicalisent. Ils m’ont promis du sang car ils pensent vivre dans un pays totalitaire. Franchement ai-je l’air d’un dictateur africain ? Je n’en suis pas si sûr. J’ai entendu leur chef de file, Frigide dire : « Hollande veut du sang, il en aura !». Elle est vraiment cinglée cette Frigide Barjot. Pourquoi me promettre du sang alors que mon seul désir est d’être populaire ?

Après onze mois de présidence je me rends compte qu’être président de la république n’est pas chose facile. Mon chemin est parsemé d’embûches. Néanmoins « moi président » je ferai face à tous les problèmes…sauf la crise et le chômage. Vive la République, Vive la France.

Mohamed K

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels sont partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021