Devenir journaliste sommeille en moi depuis trop d’années. Baignée dans un univers littéraire depuis ma jeune enfance, j’ai toujours été subjuguée par le pouvoir des mots. Choisir, manier, agencer les mots pour retranscrire des évènements, des sentiments, des idées  m’a toujours interpellée.

Cependant, par faute de moyens financiers, je n’ai pu intégrer d’école de journalisme.  Après mon Bac, ne sachant donc pas trop quoi faire, je me suis lancée dans des études STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). J’avais tout de même, à ce moment là, dix années d’athlétisme dans les jambes. Ceci dit, ce ne sont pas les activités sportives qui m’ont le plus plu lors de mon cursus universitaire mais plutôt la sociologie, l’anthropologie, et la psychologie. Je ne me suis pas trop posée de questions quant à mon avenir professionnel, l’essentiel étant de valider chacune de mes années. Arrivée à ma cinquième année d’étude supérieure, j’ai dû être confrontée à la difficile question « mais que vais-je faire de ma vie ? » Mon maître de mémoire me conseilla alors de passer le CRPE (Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles), je le tente mais sans réelle conviction. A ma grande surprise, je suis retenue !

Ayant obtenu ce concours  il y a cinq ans, j’avais alors décidé de faire le deuil du rêve journalistique. Dès la première année de ma carrière d’enseignante, même si je prenais plaisir à découvrir les secrets de la pédagogie et de la didactique, le manque de « quelque chose » me collait à la peau. Au bout de quatre années, le regret grandissant de ne pas faire de ma passion mon métier, m’a poussée à arrêter le travail de professeur des écoles.

Ceci dit, la réalité m’a vite rattrapée étant donné que depuis septembre 2011, je recherche désespérément une formation journalistique. Une école de journalisme est plutôt accessible quand les finances vont avec :  5 000 euros l’année minimum ! Il est triste de constater que la démocratisation de la réussite n’est pas encore d’actualité aujourd’hui en France… Certes la formation par alternance est une solution pour ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une école de journalisme mais seuls les moins de 26 ans ont le privilège de pouvoir y accéder !

Etant une « vieille » trentenaire, autant vous dire que nombreuses  portes sont fermées ! Que faire ? Tout abandonner ? En plus de cela, je viens de passer une année financière très difficile à enchaîner  des petits boulots : hôtesse d’accueil, équipier Mac Donald, distribution de journaux, et bien d’autres petits boulots que l’on fait quand on est étudiant. Dur dur de replonger dans une vie estudiantine après avoir été prof ! J’ai juste l’impression d’avoir fait un saut dans le passé ! Ce fut une année tellement dure aussi bien sur le plan financier mais surtout sur le plan moral que mon père ne cesse de me répéter  « je ne comprends pas pourquoi tu te prends la tête avec cette idée de journaliste, t’es fonctionnaire, que demander de plus ?! Tu viens de vivre une année galère, maintenant, reprends ton poste de prof ! »

Je pourrai, comme me le conseille mon cher papa, reprendre sagement mon travail d’enseignante mais cette volonté de devenir journaliste me hante tellement qu’elle m’a conduite au Bondy Blog. Et quelle a été ma joie d’enfin rencontrer des personnes chaleureuses, attentives et optimistes ! Il est clair que le cheminement pour caresser de plus près mon rêve est encore bien long mais je viens de recharger mes batteries d’espoir ! Au passage, mon prénom veut dire espoir, je ne risque donc pas de baisser les bras! Mon père ne comprend pas pourquoi je ne me contente pas de ce que j’ai car je crois que lui, n’a jamais eu le choix. Ouvrier immigré depuis 40 ans, son devoir était, comme beaucoup d’autres, de subvenir aux besoins de sa famille. « Moi, papa, j’ai soif d’apprendre et je veux nourrir ma passion ; adviendra ce qu’il adviendra ! »

Déterminée, je le suis mais je ne vous cache pas que me terrifie l’idée de ne pas être à la hauteur ! Si vous lisez ces lignes,  c’est que mon aventure dans le monde journalistique vient officiellement de commencer… à très vite alors !

Rajae Belamhawal

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021