Suite au témoignage intitulé « dysfonctionnement à l’hôpital public », la direction de l’hôpital Jean-Verdier (Bondy) souhaite avant tout souligner qu’elle a conscience de la situation difficile dans laquelle se trouve la famille de Madame C. L’hospitalisation d’un proche, de surcroît âgé, est un moment souvent lourd et angoissant. C’est pourquoi l’ensemble de l’équipe médicale met tout en œuvre pour répondre aux inquiétudes de la patiente et de sa famille et tient à préciser certains éléments inhérents au séjour de Madame C.

Dans les faits, la patiente dont il est fait état, est arrivée le dimanche 13 janvier au service des urgences de l’hôpital Jean-Verdier, pour un traumatisme crânien suite à une chute. Il était 11h07. Prise en charge dans les plus brefs délais par l’équipe en place (11h44), la patiente a immédiatement passé un scanner objectivant un hématome cérébral. Suite à la transmission des images du scanner, l’avis neurochirurgical de l’hôpital Beaujon, référent sur la région parisienne, a été de surveiller la patiente mais sans nécessité de traitement complémentaire. De plus les spécialistes d’O.R.L de l’hôpital Lariboisière ont mentionné « qu’aucun traitement chirurgical n’était à prévoir dans l’immédiat ».

Une fois ce diagnostic établi et comme l’exigent les précautions d’usage devant entourer une personne souffrant d’un traumatisme crânien, la patiente est hospitalisée dans le service de chirurgie de l’hôpital Jean-Verdier pour une période d’observation et de surveillance attentive. Il est alors 14h43, ce dimanche 13 janvier. Durant cette période de mise en observation, la patiente est fatiguée et refuse de s’alimenter.

Son transfert dans le service de médecine intervient le 18 janvier à la demande de la famille. La patiente semble alors éprouver une certaine lassitude, une grande fatigue. Des symptômes malheureusement très souvent observés chez les personnes âgées, particulièrement lorsque celles-ci souffrent ou sont bouleversées suite à un traumatisme crânien (il ne s’agit pas d’un accident vasculaire cérébral A.V.C). Après examen par le médecin interniste et le médecin gériatre, la famille est reçue par le chef de service et par la personne en charge des relations avec les usagers au sein de l’établissement. Les soins et la surveillance se poursuivent, les traitements sont adaptés à l’état de la patiente.

A ce jour, la patiente est toujours hospitalisée dans nos services. L’équipe médicale a conseillé à la famille de faire hospitaliser Madame C, quand son état le permettra, en Soins de Suite et de Réadaptation (pour un court séjour), car un retour à domicile semble difficile dans l’immédiat. Quelles que soient les suites données par la famille, l’hôpital Jean-Verdier reste à son entière disposition et se tient prêt à répondre à toutes ses inquiétudes.

Le directeur de l’établissement

Hôpital Jean Verdier

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022