C’est une médiathèque réduite en cendres que les habitants de La Courneuve ont découvert avec stupéfaction ce mercredi matin. Dans la nuit de mardi à mercredi, aux alentours d’1h du matin, une voiture-bélier a foncé dans la médiathèque John Lennon de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) situé dans le quartier des 4 000. L’établissement culturel public a ensuite pris feu. Ce n’est qu’au bout de deux heures que les pompiers ont maitrisé les flammes. Heureusement, aucune personne n’a été blessée.

Effroi et incompréhension des habitants

La scène en arrivant est effarante : devant l’établissement situé en rez-de-chaussée, livres et CD pour enfants et adultes, quelques jouets aussi et d’autres documents calcinés jonchent le sol. Tous sont recouverts d’une suie noire. La médiathèque, d’une surface de 250 mètres carrés, a été complètement dévastée. Les portes et les vitres sont toutes cassées. Le feu a ravagé toute la toiture et les murs portent les stigmates des flammes. C’est l’ensemble du fonds documentaire de la médiathèque qui est parti en fumée.

Sur le lieu ce mercredi après-midi, sept policiers, deux vigiles de sécurité et des membres de la mairie entourent le site avec des barrières. Les visages des riverains respirent l’effroi et l’incompréhension. Ils s’arrêtent et s’interrogent : qui a bien pu agir de la sorte et pourquoi ?

De loin, on aperçoit la voiture bélier visiblement à l’origine de l’attaque. La voiture a été entièrement détruite, désormais complètement calcinée.

« J’étais dans mon appartement quand d’un coup, j’ai senti une odeur forte. J’ai vérifié tout l’appartement mais rien d’anormal. J’ai ouvert les fenêtres et j’ai vu de la fumée et du feu à l’entrée de la médiathèque » raconte Sophie* riveraine de 35 ans et mère de deux enfants.
« Ceux qui ont fait ça ne savent pas à quel point ce lieu est utile aux habitants »

Il est 13h ce mercredi quand un camion vient extraire la voiture-bélier. On sent encore l’odeur des papiers brûlés. Avec sa canne à la main, Moustapha* retraité, vit à 10 minutes de la médiathèque. Il cherche ses mots et n’arrive toujours pas à croire ce qui s’est produit. « C’est un acte stupide et de voyous. Ceux qui ont fait ça ne savent pas à quel point ce lieu est utile aux habitants. C’est un lieu de retrouvailles, très convivial pour tout le monde. Ils nous privent maintenant de ce lieu », affirme-t-il, excédé. Les grandes vacances arrivent et beaucoup d’enfants du quartier vont être privés d’un rare lieu culturel ouvert à tous.

Deuxième médiathèque incendiée à La Courneuve en 3 ans

En juillet 2015 déjà, la médiathèque de la maison de l’enfance Youri Gargarine à La Courneuve avait subi les mêmes dégâts, incendiée elle aussi. Selon l’élu local, Mehdi Bouteghmès, personne ne peut cautionner de tels actes. « Il faut mettre le curseur là où il y a le problème car ce n’est pas nouveau. C’est la deuxième fois. Je ne veux pas qu’on nous dise que les malfaiteurs sont arrêtés et en rester là. Il faut se demander et comprendre ce qui les a poussés à commettre un tel acte, comprendre quelles sont leurs intentions. Je souhaite une vraie enquête de fond. La médiathèque est un service public et elle appartient à toute la population », conclut-il.

Dans la foule, Mohammed Bekhtaoui, 34 ans, père de famille, tourne en boucle. Ses yeux lancent des éclairs. « Je suis en colère franchement. Après quatre ans de travail, voilà le résultat. Maintenant, où nos enfants vont-ils aller pour travailler, se divertir, jouer ou apprendre dans le quartier ? »

« Nous ne pouvons, dans un premier temps, que condamner cet acte de lâcheté, d’égoïsme qui fait qu’aujourd’hui la population de La Courneuve ne pourra pas se rendre sur ce lieu. Nous sommes vraiment en colère. Dans cette médiathèque, des cours d’informatique sont donnés, ici, enfants, jeunes, adultes se réunissaient pour profiter et participer à la vie de la commune, a réagi Pauline Hammé, chargée de communication à la mairie. Nous avons investi beaucoup d’argent, du temps, du personnel, pour les habitants. Désormais, c’est à la police de faire son travail ».

Reste à savoir quand la médiathèque pourra de nouveau ouvrir ses portes et accueillir dans les meilleures conditions les habitants des 4 000. L’enquête a été confiée au commissariat de La Courneuve. Dans un communiqué de presse, le maire, Gilles Poux, a appelé à un rassemblement ce jeudi à 18h devant la médiathèque, « afin de montrer notre détermination collective contre cette violence aveugle », dit le maire.

Kab NIANG

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022