Demain est un jour important pour les musulmans de Bondy et du reste du monde: c’est la fête de l’Aïd el-Kebir qui marque la fin du pèlerinage à la Mecque, le jour où l’on égorge le mouton, et les préparatifs vont bon train dans les familles.

Akim m’explique méticuleusement les étapes du rite telles qu’elles sont codifiées dans la Sunna (actes et paroles du Prophète que rapporte la tradition musulmane). La prière de l’Aïd à 9 heures. Le prêche de l’imam. Le mouton qu’on couche sur le flanc gauche, en direction de la Mecque. Le geste précis du sacrificateur qui tranche la gorge: « D’un seul mouvement, aller et retour, pour ne pas faire souffrir la bête. »

Akim se rappelle le temps où l’on quittait Bondy pour aller choisir le mouton dans les fermes de Meaux ou de Melun. On payait une avance, on recevait un ticket. Puis, le jour de la fête venu, on y retournait pour procéder au sacrifice, suspendre l’animal par les pattes arrières, décoller la peau, ouvrir le ventre, retirer la vésicule biliaire, découper la viande… Akim raconte tout ça au passé car la loi française interdit désormais l’abattage individuel.

Pour lui, cela n’avait rien de commun avec le fait d’aller acheter un mouton entier sur un parking d’hypermarché, comme les magasins Carrefour le proposent désormais. La fin de cette tradition lui noue la gorge: « J’en ai le regret grave. C’est énorme comme ça me tue! Le sacrifice à la ferme était un moment chaleureux, convivial. On a grandi avec ça mais nos enfants ne le connaîtront pas. »

Akim est convaincu qu’il s’agit de mesures vexatoires contre les musulmans. Je lui rétorque que j’en doute, que cela traduirait plutôt une évolution générale des sensibilités à l’égard du monde animal, que cela menace tout autant les amateurs de foie gras ou de cuisses de grenouilles (dont je suis). Mais je vois bien qu’il n’est pas convaincu par mes arguments.

 

Par Michel Audétat

Michel Audétat

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021