Madbar badi / Karimul hoque / 10 mithanala union / Grame mithanala Mirochoray / Chittagong / Bangladesh. Vendredi 27 mai 2011, Epinay-sur-Seine, France. Chère Mamie, J’espère que vous allez bien, surtout ne vous inquiétez pas pour nous parce que nous allons très bien. Je vous écris aujourd’hui parce que nous sommes le 27 mai et qu’en France c’est la Fête de voisins. Cela fait plus de cinq ans que je voulais faire cette fête mais je n’en avais jamais eu l’occasion. Ce fut donc ma première Fête des voisins. Toutes les années précédentes, je voyais des affiches dans toute ma ville mais jamais rien ne se passait. Donc cette année j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai fait le tour de mon immeuble étage par étage (sachant qu’il y en a 18) pour savoir si mes voisins étaient intéressés par cette fête. Et il se trouve que de nombreuses personnes voulaient la faire.

Dans notre résidence la diversité des origines est vaste. Il y a des personnes qui viennent des quatre coins du globe. Certains trouvent qu’une fête géante dans une résidence de 2000 habitants ça serait juste ENORME ! On peut ajouter aussi le fait que je suis hyper-gourmande, et l’idée de pouvoir goûter plein de repas différents m’excitait un peu. Donc voilà à peu près mes principales motivations. Après voir fait le compte de toutes les personnes qui affirmaient vouloir participer à la fête, de tout ce qu’elles allaient apporter comme nourriture, j’étais assez satisfaite de moi, je leur ai indiqué le lieu ou tout le monde devait se rejoindre.

Et le jour tant attendu est arrivé. Le 27. Les personnes de ma résidence que j’ai croisées dans la journée, je les ai invitées même si je ne les connaissais pas, j’ai fait aussi de la propagande dans mon lycée. A vrai dire avec mon sourire, toutes ces personnes ont bien été obligées de répondre positivement. Dans la soirée vers 19 heures lorsque je me suis rendue au lieu de rendez-vous, je fus légèrement surprise. Il y avait bien des tables remplies de nourritures, quelques adultes, mais surtout de NOMBREUX ENFANTS. Je ne m’y attendais pas du tout. En fait, il y avait seulement douze adultes pour une cinquantaine d’enfants. Nous avions choisi le mauvais endroit. On était placé à coté du square où tous les jours il y a plein d’enfants qui viennent jouer après l’école. Ça m’a dégoutée. Je m’attendais à plus d’adultes.

Ce qui m’a le plus dérangée c’est le fait que les gens disent : « Oui, bien sûr, nous viendrons volontiers, comptez sur notre présence ! », alors qu’ils savaient très bien qu’ils ne viendraient pas. Mais bon ce n’est pas grave. Pour me rassurer je me dis que l’année prochaine ça sera mieux organisé et qu’il y aura plus de monde, même si cette année monsieur X m’a beaucoup aidée en placardant des affiches, et en confectionnant des petites cartes postales qu’il a glissées dans toutes les boites à lettes de tous les immeubles de la résidence.

Bon je crois que je vais un peu arrêter de me plaindre parce que pour une première fois je trouve que c’était assez bien. L’année prochaine je vous enverrai une petite lettre pour vous dire si j’ai ENFIN réussi à rassembler plus de monde.

Je vous fais plein de bisous.

Votre Milie-monie

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021