Bondy Talks a réuni plusieurs intervenants autour du thème : la ville de demain. Sont intervenus : Valerio Vincenzo, Chantal Dardelet et Ramdane Touhami. Le Bondy Blog sera diffusé sur France Ô dans le cadre de la carte blanche en septembre prochain.

La salle dédiée au Bondy Talks s’est muée en bas d’immeuble. Des barres sont projetées sur les murs, donnant l’impression au public d’être en banlieue, au pied des tours. Souvent dans les quartiers c’est le lieu où se développe la vie sociale. Soudain, une interruption. Nordine Nabili animateur d’un jour s’interrompt. Un policier entre pour procéder à un contrôle d’identité. « Vous n’avez pas le droit d’être là, vous faites trop de bruit ! » gronde le comédien Fatsah Bouyahmed, à l’origine de la performance.

Nordine reprend le déroulé de ces Bondy Talks, qu’il veut différents « des tables rondes qui s’appellent comme ça car elles tournent en rond. » Ici pas de table donc, mais pas de chaises non plus les auditeurs sont assis pour la plupart par terre ou sur des poufs en cuir noir. Les intervenants se succèdent, chacun décline une thématique autour de la banlieue, debout durant le quart d’heure alloué. C’est un photographe italien, Valerio Vincenzo qui commence.

Venu s’installer  à Paris en 1995, ce n’est qu’en 2011 qu’il a décidé de parcourir les banlieues pour un livre. Une idée qu’il a fallu vendre aux éditeurs comme un voyage dans le grand Paris plutôt qu’en banlieue, moins anxiogène. Il en est convaincu aujourd’hui’hui la banlieue n’existe pas. D’ailleurs dans sa langue maternelle est difficile à traduire. Durant son périple raconte-t-il  il a rencontré des archéologues, des jeunes, des agriculteurs.  « J’ai vu des gens heureux« . D’où son invitation à « faire chauffer son Pass Navigo« . Pour introduire  le talker suivant Nordine Nabili évoque la hiérarchisation qui est faite entre banlieues et monde rural. Ramdane Touhami, est issu de ce dernier et se présente comme un « Arabe des champs« .

Son intervention est baptisée volontairement de manière pompeuse : « Solidarité spatiale urbano rurale »  Il raconte son parcours, dit avoir vécu  dans plusieurs grandes villes, Tokyo ou New York dans lesquelles il n’y a pas de banlieues. Il est donc convaincu de la nécessité de  décloisonner l’espace et appelle à un « exode urbain« .

« La France est une armoire Ikea  avec pleins de tiroirs » enchaîne Nordine Nabili. Et chaque personne est assignée à un tiroir. Difficile d’en sortir. Malika Aboubeker, militante associative dans le monde de la culture elle entend prouver le contraire. Née à Amiens, la petite fille qui dansait sur Dalida devant sa télé a été contrariée dans ses ambitions artistiques par sa mère. Malgré tout au fil des rencontres, elle a pu s’impliquer dans la culture et développer des projets, « hors les murs« . Toujours avec cette idée de décloisonner. La jeune femme fait l’éloge de la culture underground.  Pour donner plus de poids à son action, elle vient de créer une association.

Chantal Dardelet travaille pour l’Essec où elle exerce dit-elle le plus beau métier du monde « détecteur de talents« .  L’idée est de se rendre dans les banlieues pour expliquer aux plus fragiles qu’une grande école n’est pas un rêve inaccessible.  Elle attribue aux jeunes des tuteurs, permettant ainsi d’échanger ou d’effectuer des visites culturelles.  il s’agit de donner confiance par ce biais à ces jeunes souvent découragés et de « ne pas de priver de talents« . Chantal Dardelet insiste « Même le plus trublion de la classe  doit s’entendre dire qu’il peut réussir. En banlieue les jeunes sont comme le diesel, plus lents à démarrer mais quand ça part ça va très loin!« .

Faiza Zerouala

Crédit photo : Valerio Vincenzo

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022