Tendez l’oreille, à Monaco, au risque de vous explosez les tympans à cause des moteurs vrombissants des Ferrari. Des Ferrari, partout. Chaque coin de rue a sa bagnole rouge ruisselante aux centaines de chevaux prêts à bouffer la route. A l’engloutir, littéralement. Et c’est à ce rythme, fluide et rapide, qu’a commencé le Tour, samedi. Face aux yachts amarrés sur une mer calme et reposée, à l’ombre des hauts mats, le Tour de France s’élance. Le soleil chauffe les bras dénudés, les gambettes dévoilées.

Monaco, premier jour, premier village de départ. On lave les saladiers à la Vittel, croise des nénettes étiquetées de la tête aux pieds, pour promouvoir leurs gadgets inutiles. Et vas-y que Cochonou balance ses saucissons à la volée. Et vas-y que la Française des Jeux vide ses corbeilles de petits objets. Et vas-y que des casquettes tombent des cieux. Au plus grand bonheur des péquins excités… J’ai les bras chargés à en vomir de pim’s ou stylos.

Monaco, premier jour, et le ventre qui frôle le trop plein. Ici, au départ, après avoir présenté son accréditation, Monaco devient le paradis de la gratuité (pas fiscale, non, non !). Les chips Belin qui coulent à flots, sont sous toutes les tentes. Fromage ou tomate, à votre guise. Les mains s’y engouffrent sans complexes. Et puis, après, si le ventre crie encore famine, prenez les gaufres bien garnies (fraise ou abricot, au choix). Et puis, si votre ventre gargouille encore, optez pour un petit plat du jour. Des bonnes coquilles Saint-Jacques à la monégasque. Et tenez, allez-y, c’est gratuit, prenez du riz avec sa petite sauce. Un délice ! Toujours pas rassasié ? Servez-vous du saucisson emprisonné entre deux bons bouts de pain de campagne. Ça ira comme ça, merci !

Monaco, premier jour et déjà, la politique qui s’invite. Rama Yade fait son entrée de nouvelle secrétaire d’Etat aux Sports (poste chipé à Laporte), au village de départ. Elle est majestueuse à dédicacer des drapeaux PMU. Belle à crever, à signer de minables papiers déchirés. Rama Yade est comme ça, couverte de la tête aux pieds, sous un soleil brûlant, souriante. « C’est magnifique, non ? » s’exclame-t-elle, sous le charme de la convivialité du Village.

Monaco, premier jour et premiers coups de pédale. Il fallait bien qu’il s’envole, ce peloton, sur les routes de France. C’est fait. Le Tour de France a démarré, sous mes yeux de jeune reporter impressionné par l’organisation démesurée.

Mehdi Meklat

Prcédente chronique : y-a-du-soleil-y-a-estrosi-darladirladada

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021