Chaque année, à Bondy, le maire invite les anciens. Au menu: de la langouste. « Les gens d’ici sont attachés à cette tradition », explique Gilbert Roger. Une fois, les gens de la mairie ont essayé de remplacer la langouste par autre chose. C’était du homard. Mais les anciens n’ont pas apprécié. « C’est quoi, ces petites gambas qu’on veut nous faire avaler? », disaient-ils. La révolte grondait dans la salle des Fêtes. Un risque d’émeute d’anciens au cœur de la mairie? Ce risque d’implosion, la mairie n’a pas voulu le courir.

Il est midi et demi, samedi 26 novembre. La brigade de choc est là: une armada de serveuses est prête à fondre dans la salle, pour servir les 500 convives. Le maire Gilbert Roger s’attarde à chaque table, tout comme Elisabeth Guigou, ancienne ministre de la Justice, aujourd’hui députée du Département de Seine-Saint-Denis.

Le repas est bon. Des ballons multicolores égaient la salle. A Bondy, c’est vraiment une tradition. On mange, on écoute le discours du maire, on regarde le spectacle. Pascal Sevran n’est pas là, mais il a délégué ses danseurs et ses danseuses. Seul souci: la neige. Il s’agit de ne pas glisser pour éviter une méchante chute à la veille des Fêtes de fin d’année. L’Hebdo a été invité par la mairie. L’Hebdo, aujourd’hui, c’est moi. J’ai accepté. J’attaque la langouste. En passant à côté de ma table, le maire me lâche: « attention, ne croyez pas que c’est tous les jours langouste à Bondy, hein! » Il a raison d’être prudent, le maire. Avant d’avaler leur langouste, Bondynois et Bondynoises ont reçu – comme tous les habitants de France – leurs taxes d’habitation, leurs taxes foncières et, cette année en prime, la redevance TV et radio.

 

Roland Rossier

Roland Rossier

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021