Aclefeu appelle plusieurs associations d’horizons différents à s’unir pour participer à une manifestation « la marche des oubliés » samedi 14 avril de Bastille à République. Départ 15 heures. 

Pour une pomme croquée; je suis arrivé 40 minutes en retard à la conférence de presse organisée à Paris pour annoncer la marche des oubliés. Parce qu’elle était destinée à une tarte aux pommes, ma mère m’a promis une autre tarte si je ne faisais pas tout le marché pour une golden. De toute façon, la marche des oubliés, la presse l’a oubliée. « Pourtant, on a lancé l’info à tout le monde » me confie un militant d’Aclefeu. Deux radios, France culture et France inter et une autre journaliste de la presse écrite, c’est tout ce qu’il y avait.

« Je m’en fous pour qui ils votent, pourvu qu’ils votent ! » clama haut et fort un membre du collectif de Clichy. « L’ennemi numéro 1 c’est l’abstention » renchérit un autre. « Cette marche est organisée à l’attention de tout les oubliés, ceux qui se sentent mis de côté dans notre république : Etudiants, jeunes de banlieue, handicapés, travailleurs précaires, retraités s’il y en a même ! » lance un porte- parole. De ce fait, plusieurs mouvements ont rejoint la marche, l’UNEF, Sud étudiant, un syndicat de travailleur, une association montpelliéraine au doux nom de « stop la violence ». Il y avait même une petite dame de l’association une chorba pour tous venue apporter son soutien dans le public. Les politiques, ceux qui se tapent en ce moment pour une place à l’Elysée, voilà ce qu’en pense Samir, porte-parole d’Acefeu : « ils ont été ensemble sur les bancs de l’école. Ils sont tous amis, même s’ils s’envoient des critiques devant nous. Ils mangent à la même table à l’Assemblée où ils mangent bien d’ailleurs, qu’ils soient de droite ou de gauche ».

« Ca ira mieux dans notre pays quand les politiciens travailleront avec les citoyens, les associations, au lieu de leur piquer des idées qu’ils n’arrivent pas à appliquer puisqu’ils font ça en solo.» Sinon, toujours pas de train prévu pour l’axe Paris/Clichy-sous-Bois.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022