Aclefeu appelle plusieurs associations d’horizons différents à s’unir pour participer à une manifestation « la marche des oubliés » samedi 14 avril de Bastille à République. Départ 15 heures. 

Pour une pomme croquée; je suis arrivé 40 minutes en retard à la conférence de presse organisée à Paris pour annoncer la marche des oubliés. Parce qu’elle était destinée à une tarte aux pommes, ma mère m’a promis une autre tarte si je ne faisais pas tout le marché pour une golden. De toute façon, la marche des oubliés, la presse l’a oubliée. « Pourtant, on a lancé l’info à tout le monde » me confie un militant d’Aclefeu. Deux radios, France culture et France inter et une autre journaliste de la presse écrite, c’est tout ce qu’il y avait.

« Je m’en fous pour qui ils votent, pourvu qu’ils votent ! » clama haut et fort un membre du collectif de Clichy. « L’ennemi numéro 1 c’est l’abstention » renchérit un autre. « Cette marche est organisée à l’attention de tout les oubliés, ceux qui se sentent mis de côté dans notre république : Etudiants, jeunes de banlieue, handicapés, travailleurs précaires, retraités s’il y en a même ! » lance un porte- parole. De ce fait, plusieurs mouvements ont rejoint la marche, l’UNEF, Sud étudiant, un syndicat de travailleur, une association montpelliéraine au doux nom de « stop la violence ». Il y avait même une petite dame de l’association une chorba pour tous venue apporter son soutien dans le public. Les politiques, ceux qui se tapent en ce moment pour une place à l’Elysée, voilà ce qu’en pense Samir, porte-parole d’Acefeu : « ils ont été ensemble sur les bancs de l’école. Ils sont tous amis, même s’ils s’envoient des critiques devant nous. Ils mangent à la même table à l’Assemblée où ils mangent bien d’ailleurs, qu’ils soient de droite ou de gauche ».

« Ca ira mieux dans notre pays quand les politiciens travailleront avec les citoyens, les associations, au lieu de leur piquer des idées qu’ils n’arrivent pas à appliquer puisqu’ils font ça en solo.» Sinon, toujours pas de train prévu pour l’axe Paris/Clichy-sous-Bois.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021
  • « J’augmente mon budget essence et baisse mon budget nourriture »

    Alors que la hausse des prix du carburant continue de s'approcher des records du mois d'octobre dernier, dans les quartiers on prend son mal en patience face aux chiffres de la pompe. Étudiants, travailleurs, mères célibataires, toutes et tous ressentent un poids supplémentaire sur leur budget, alors que le chèque énergie du gouvernement n'est attendu par personne. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 22/11/2021