SAMEDI. On ne croit pas tellement à la sorcellerie. Sinon cela ferait belle lurette que je paraderais au bras de George Clooney sur les tapis rouges. Comme toute expatriée aux States qui se respecte, je parlerais un franglais des plus charmants à la Jean-Claude Van Damme. La vie de rêve quoi. Je me demande pourtant si quelqu’un ne m’a pas jeté un sort pour que je passe ma vie à l’école. Rien que le mot école à 25 ans passés (pour ne pas choquer le lectorat on ne précisera pas mon âge exact) prête à sourire. Si encore j’avais eu une biographie larmoyante genre j’étais analphabète car j’ai dû aller travailler aux champs (la mine fonctionne aussi) pour nourrir ma famille.

Puis après un détour en prison pour avoir tué par inadvertance celui qui m’exploitait, j’aurais décidé de reprendre des études. La scène de l’obtention de mon doctorat de physique nucléaire ( j’aurais trouvé un moyen de contenir les fuites de Fukushima). Tout le monde aurait pleuré à la fin du film tellement mon histoire aurait été émouvante. Mais non, moi j’ai appris à lire grâce à Ratus comme tout le monde.

Aujourd’hui donc, je suis allée à l’école pour la journée Portes ouvertes. Je ne sais pas pourquoi je ne rencontre que des gens trop jeunes qui veulent devenir journalistes. Deux jeunes hommes de 17 ans viennent se renseigner sur l’école. 17 ans, donc cet âge où on exsude encore la lotion anti-acnéique par tous les pores de la peau et où certains ont encore la voix qui fait de l’ascenseur entre aigus et graves. Je leur ai donc parlé d’un concours qu’ils passeront dans cinq ans au bas mot. Je me suis sentie très utile. On a frôlé le drame quand ils m’ont demandé de les conseiller pour leur orientation future. Là j’ai eu des sueurs froides. Me demander de choisir entre un Fanta et un Coca c’est une responsabilité trop importante à mes yeux alors briser la vie de jeunes hommes en les aidant à choisir une filière… Surtout quand on sait que j’ai choisi de faire de l’histoire.

La genèse de ce projet sans avenir reste toujours obscur. Mais je relativise, après tout j’ai eu le loisir de travailler sur un sujet de mémoire qui intéresse trois personnes en France (et encore). Je passais mon temps en bibliothèque. A force me pencher sur des tonnes de documents en fouillant dans les archives j’avais le dos bossu et un teint de cadavre à force de ne pas voir la lumière du jour, et de tout petits yeux à force de les plisser pour déchiffrer la Pierre de Rosette, euh je m’emballe, des passionnants rapports sur l’éducation. Oui vraiment ce fut la joie absolue. Finalement, j’ai engagé nos deux jouvenceaux à bien réfléchir sur leur orientation future. Et sans que je ne dise rien, ils ont lâchés un  » De toute façon, on a pensé faire une fac d’histoire, ça nous laissera la possibilité de faire plein de choses ». Oui, comme expérimenter le chômage où être encore à l’école à 27 ans… Délivrez-les, le mal est en eux.

DIMANCHE . Rebelote, on vote. Enfin, tout le monde ou presque. Je ne voudrais pas avoir l’air de dénoncer qui que ce soit mais je trouve que la discrimination parisienne électorale c’est mal. A Paris, on ne vote pas pour les cantonales. Après on dit que le rapport Paris/province est défavorable à cette dernière. Et c’est bien dommage. Les plus perfides souligneront que vu l’abstention, personne ne vote pour ces élections.

Le fait le plus marquant c’est la défaite de la très classe Isabelle Balkany à Levallois-Perret. Il faut dire qu’elle était soutenue « à mort » par Jean Sarkozy. Et comme chacun sait, le fiston de qui vous savez se bessonise un peu et a une conception toute personnelle du soutien. Le couple Ceauşescu ne pas fait pleurer, eux non plus, il leur reste la mairie de Levallois.

Au rayon victoires surprenantes, il y a celle de François Hollande en Corrèze. Ouh là là que le suspense est insoutenable. Surtout que cette victoire conditionne sa participation à la primaire socialiste. Les électeurs corréziens auraient pu bousiller sa vie et ne pas voter pour lui. Mais ils ne sont pas aussi sadiques que moi. Sinon, le Parti Socialiste a gagné. Notons que cela fait toujours bizarre d’écrire cette phrase, c’est inhabituel. C’est comme si j’écrivais que j’avais rencontré l’homme idéal, une éventualité peu probable. La gauche gagne, on parle donc de « vague rose ». En période électorale les commentateurs politiques se surpassent pour montrer qu’ils connaissent toutes les couleurs de l’arc-en-ciel politique. Entre le rose, le vert, l’orange ( pour cette dernière, c’est une couleur très démodée, tendance en 2007 puis devenue has-been au possible) et le bleu on est servi.

Quand on voit nos Bleus au foot, on se dit que cela n’est pas exactement une couleur qui porte toujours bonheur. Sans compter qu’on parle de « bleu roi », quand on sait ce qu’on leur a fait aux rois de France…Mais bon tout cela me fait rire, en lisant les journaux, j’ai l’impression qu’on joue à Bioman avec Force Rose, Force verte, Force bleue. Notons qu’il y a une nouveauté dans le spectre des couleurs. Une nouvelle nuance est apparue: on parle de vague bleu marine. Une vague à 11,7% quand même. Pas le tsunami mais bon. J’aime beaucoup le bleu marine mais quand on l’associe au terme « vague », cela me fait penser à une pub pour du Canard WC…

LUNDI. Jamais un débat n’a fait autant débat. Je plaide coupable je fais des accroches bidons pour tenir le lecteur. Mais que voulez-vous, il faut bien racoler pour attirer le lectorat. Je disais donc Nicolas S. veut que le débat sur la laïcité qui s’est transformé en débat sur l’islam avant de redevenir un débat sur la laïcité se tienne. Notons qu’il est drôle pour une équipe qui a monté avec un succès incontestable un débat sur l’identité nationale, que le débat de l’année connaisse quelques troubles de l’identité.

Quoiqu’il en soit même si on ne sait pas de quoi on va débattre exactement, on va débattre. Et surfer sur la vague bleue marine et parler des compatriotes légèrement bronzés. Comme dans un couple en crise, Nicolas Sarkozy a envie de mettre les choses sur la table. Bon en l’occurence, il va falloir se renouveler, la cartouche « islam » commence à être grillée. C’est comme pour les mauvais films. On sait que le scénario est pourri mais on se dit que sur un malentendu ça peut drainer quelques spectateurs voire même réaliser un succès surprise. Mais comme ils sont encore plus forts à l’UMP, ils en viennent à débattre (attention faut être attentif) sur le débat sur le débat.

François Baroin, porte-parole de l’UMP quand même et accessoirement ministre du Budget, s’est publiquement interrogé sur l’opportunité de la fameuse table-ronde. Et bien le filou s’est défilé, pas de débat pour lui. Jean-François Copé alias JFC ne l’entend pas de cette oreille et précise même que François: « Je ne pense pas qu’il pense à celui là parce qu’en l’occurrence il en est l’un des co-animateurs avec moi ». On apprend donc que le mec de Michèle Laroque (people.com sort de ce corps) va faire le G.O à l’insu de son plein gré.

Mieux, on apprend que l’UMP qui cultive le « un jour, une idée » a d’autres idées de thérapie collective dans son escarcelle. On est impatients. J’attends donc le débat sur les Roumains, les Bleus, les Chinois, les agriculteurs, les chanteurs de gauche, le retour annoncé d’Hélène Rollès à la télévision. Et puis bon ce n’est pas comme si on n’était pas en guerre ou que la menace d’une catastrophe nucléaire ne pesait pas sur nos têtes. On a tout le temps de converser comme de vieilles ladies anglaises autour d’une tasse de thé sur les Auvergnats.

MARDI. Aujourd’hui j’ai fait une chose improbable. Aussi improbable que de voir Arlette Laguiller remporter une élection présidentielle, que je parvienne à résoudre une équation à trois inconnus ou de voir Franck Ribéry à l’Académie Française. D’accord moins de science-fiction, lire un livre. Je suis allée au match France-Croatie avec la joyeuse équipée du B.B. Je me réjouis de voir en vrai un match de foot, je le prends comme une expérience anthropologique.

Je vais explorer ce monde inconnu, tel le commandant Cousteau, le bonnet rouge en moins, sondant les fonds marin. En parlant de marin, je vais voir la marinière qui fait tellement gloser. Moi je n’ai pas d’avis sur l’adoption de cette tenue de prisonnier qui ne déparerait pas dans le Marais, il faut bien le dire. Je vote pour la marinière sur Benzema ou Gourcuff. Comme c’est Halloween sur le terrain, j’aurais plutôt opté pour une tenue de Dark Vador avec casque pour notre Ribéry national. Je remarque que la marine est décidemment très tendance en ce moment. Il faut s’attendre à ce qu' »In the navy » ne redevienne un tube sous peu ou qu’Isabelle Adjani, qui ressemble à un poisson-lune désormais, ne ressorte une version remastérisée du « Pull Marine ». Avant que nos oreilles ne saignent, le match donc.

Bon je distingue vaguement des Playmobils sur un terrain vert qui courent dans tout les sens. Il n’y a pas de commentaire de Thierry Roland, je trouve ça dommage, je n’avais pas de blagues racistes sur les Croates. Peut-être qu’à la convention de l’UMP ils en auront, Brice Hortefeux a le temps de développer ses talents comiques. Au stade de France, je chante la Marseillaise, ouf ! J’ai le sentiment d’avoir été transportée dans le salon de milliers de mecs qui commentent tous le match.

Mon voisin de droite fait office de traducteur des actions en cours et me donne quelques tuyaux « ici c’est le gardien, il doit empêcher le ballon d’entrer dans le filet ». Le foot pour les nuls quoi. Je n’ai pas osé ajouter que j’avais l’impression que les Croates sont plus nombreux sur le terrain (si je vous jure, ils étaient partout sur le terrain eux). Je remarque même qu’ils sont sponsorisés par Molière. Ils passent leur temps à tomber, soi-disant blessés, en mode Malade imaginaire.

Je décide, sans lui faire part de mes analyses personnelles, d’en mettre plein la vue à mon nouvel ami et je répète des phrases glanées ça et là: « Mais p****** qu’est ce qu’ils font, ils sont idiots ou quoi, ils ne savent pas centrer! Bande de pieds carrés. » « Laurent Blanc, il a oublié d’avoir une stratégie.' »Ils pourraient contrôler la balle ». Bref très vite, je rentre dans l’ambiance et deviens il faut bien le reconnaître, une grosse beauf. Je crie alors que j’ai la voix de Carla Bruni, je siffle les Croates, l’arbitre vendu bien entendu, je hue Ribéry, je fais la ola et je regrette de ne pas avoir moi aussi le maillot des Bleus. Et je suis très déçue qu’on ait fait match nul. Je me fais peur. Je crois que le foot réveille en moi des passions peu glorieuses. Encore un peu, je me mets à la bière et je me convertis à Marine.

MERCREDI. On devrait décréter des semaines sans Nicolas Sarkozy, un peu sur le modèle de la journée sans voiture par exemple. Mais bon, le président trouve toujours le moyen d’être au cœur de l’actualité. Voilà qu’il est en Chine en déplacement officiel. C’est cool moi aussi je voudrais être présidente pour pouvoir voyager à loisir. Je suis sûre qu’en plus il n’opte pas pour les services de Ryanair ou autre compagnie aérienne low-cost où il faut jouer à Tetris avec son corps pour trouver une position confortable vu le peu de place dévolue, voire se transformer en acrobates chinoise du Cirque du Soleil et réussir à se contorsionner pour mettre ses jambes derrière la tête. C’est ça d’avoir de longues jambes. Oups j’avais oublié que N.S ne connaît pas ce problème. Bref, c’est petit de se moquer de la taille.

Sitôt arrivé en Chine, notre ami Hu Jintao, le président chinois, a tapé sur les doigts de la France. Non vraiment ils ont le sens de l’accueil. Hu a donc dit à Nicolas que les frappes aériennes en Libye violaient l’esprit d’une résolution de l’ONU. Je ne comprends pas ce que l’esprit vient faire là-dedans. Voilà pourquoi je n’ai jamais aimé la littérature ou le cinéma asiatique. Ces histoires d’esprit de la sagesse céleste qu’il faut ressusciter lors de la quête de l’Opale verte qui permettra aussi la reconquête de la Voie Céleste de la fontaine éternelle me laissent pantoise. Mais Nicolas en fait de la Chine il s’en fiche. Lui aussi il doit croire que les Chinois ne sont là que pour nous envahir ou faire de l’espionnage industriel.

Lui, son seul objectif c’est le Japon. Je sais depuis une vingtaine de jours, ce n’est pas précisément la destination de vacances idéale. Y’a pas à dire Nicolas c’est le plus fort, il n’a pas peur, il est téméraire. Dès demain, il va aller au contact des populations à qui on est sûr ça va réchauffer le cœur de voir le président français alors qu’ils sont SDF et qu’ils vont avoir des bras et un troisième œil qui vont leur pousser sur le corps, nucléaire oblige. S’ils étaient inventifs et plus optimistes ils pourraient se dire que cela peut leur ouvrir une carrière dans le cirque. Mais bon avec un peu de chance, nous aussi le nuage radioactif va nous toucher et que nous aussi on pourra se reconvertir dans le cirque. Une carrière avec plus de perspectives que la fac d’histoire.

Parce que oui, le FN a raison, c’est n’importe quoi, l’immigration devient vraiment incontrôlée en France. Lors de Tchernobyl, le nuage a soigneusement évité la France comme il n’avait pas ses papiers en règle. Un bon nuage soviétique discipliné. Les Japonais ont la même réputation de discipline, ben il faut croire que tout fout le camp ma bonne dame, puisque le nuage arrive sur la France alors qu’il est persona non grata. Encore un peu et il réclame le regroupement familial. Vivement que l’UMP organise un bon débat sur les nuages radioactifs pour que tout cela cesse.

JEUDI. Cela fait 457 jours qu’Hervé, Stéphane et leurs accompagnateurs sont séquestrés en Afghanistan. Cela faisait à peine quinze jours que les poulains de TF1 étaient séquestrés dans un studio de la Plaine-Saint- Denis, qui aurait rendu Valérie Damidot épileptique vu la débauche de couleurs flashy pour « décorer » la maison. Les candidats de l’énième émission de téléréalité étaient contents et s’ébrouaient gaiement sous l’œil des caméras pour faire le buzz. Rien que d’avoir écrit le mot « buzz » on a envie de mourir tellement ce mot est employé à toute les sauces, ne sert à rien, et son usage devrait être puni par la loi tellement il est laid. Mais on revendique une certaine part de paresse intellectuelle et on ne trouve pas mieux alors bon. Après tout, on se destine au journalisme, ça se saurait si on savait écrire.

Non vraiment on est très triste de l’arrêt de cette émission, on avait piscine alors on n’a pas pu la regarder vraiment. Et puis en vrai, contrairement aux mythomanes des enquêtes d’opinion, on préfère vraiment Arte. Mais la vraie raison pour ne pas avoir jeté un coup d’œil au programme c’est qu’on se remet très mal du décès de Maître Capello alors, on ne pouvait pas cautionner accorder de l’audience à des participants qui détricotent la langue française et qui ont commis un meurtre en réunion du Petit Robert et du Bescherelle. L’un d’entre eux s’est illustré par des propos très poétiques comme « On me surnomme l’éléphant, et pas à cause de la taille de mes oreilles ». A cause de sa mémoire alors ? Ou parce qu’il va finir au cimetière des candidats de téléréalité?

On l’apprend donc ce soir, c’est le coup de tonnerre, TF1 arrête son émission « Carré Viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip » faute d’audience ( et de concept, et d’intelligence et d’intérêt ai-je envie d’ajouter). Et le mieux c’est que ce n’est pas un poisson d’avril. Ah oui, rien à voir quand même on apprend l’officialisation de la candidature de François Hollande à l’élection présidentielle. J’espère juste qu’il n’est pas soutenu « à mort » par Jean Sarkozy, ça pourrait lui porter malheur…

VENDREDI. Ce matin, je me réveille (oui comme les gens normaux…) et me dis qu’aujourd’hui tous les relous de France se sont donnés le mot pour faire des poissons d’avril tout pourris. Comme l’intello qui avoue son penchant pour Justin Bieber ou le FN qui ferait 11,7% lors d’une élection. Et pourtant, les personnes les plus innocentes peuvent se livrer à ce genre d’enfantillages. Alors que je lutte pour émerger des tréfonds du sommeil, je reçois un sms me parlant d’un mail indiquant un rattrapage de cours jusqu’à une heure indue que l’Organisation des Droits de l’Homme ne validerait pas. Je peste car bon l’école c’est tu l’aimes mais faut la quitter. On ambitionne éventuellement d’avoir une vie sociale. Bref. L’indélicate, auteure de ce SMS, à qui on donnerait le bon dieu sans confession, avoue et se repent. Moi, il faut dire que je suis crédule comme pas deux (je ne devrais pas révéler mon talon d’Achille). J’ai même cru que François Hollande et Ségolène Royal formaient un couple épanoui jusqu’à l’annonce de leur séparation et que je trouverai du travail après mes études d’histoire, c’est dire mon dégré de naïveté.

J’écoute la revue de presse à la radio qui répertorie les poissons d’avril dans les journaux. Le mariage de Kate et William est annulé, le judoka Teddy Rinner annonce l’arrêt de sa carrière pour devenir rugbyman ou le PDG de Ryanair annonce la mise en place de vols sans enfants pour des voyages calmes.

Je plaide pour la réalisation de cette dernière idée. Depuis que j’ai voyagé pendant cinq heures avec un enfant qui faisait des allers-retours dans les allées du train en chantant  « Pirouette, cacahuètes », il se peut que j’ai du mal à cohabiter avec ces créatures maléfiques. Sinon, sur le terrain des vraies nouvelles, on apprend que Laurent Gbagbo met presque fin à la longue blague de sa présidence auto-décrétée par lui-même. Dans le genre mauvais perdant il bat des records… Mais personne n’a osé annoncer les deux plus grandes nouvelles du jour: l’équipe de France remporte un match et le débat sur la laïcité est annulé. Poisson d’avril.

Faïza Zerouala

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021