Tout s’explique, tout s’anticipe. Mohamed qui est plutôt du genre rationnel, a grandi avec les forces occultes et surnaturelles, mais tout va bien.

Une vie imprégnée d’un parfum folklorique. Telle se résume l’existence que mène tout jeune dont les parents sont d’origine africaine. Bien évidemment la mienne n’échappe point à la règle. Et si mon existence reçoit de temps à autre des zestes de folklore c’est tout bonnement parce que mes géniteurs ont décidé de me transmettre des « croyances ancestrales ». Tout a commencé un soir d’été, quand, foudroyée par l’esprit de Monsieur Propre, ma petite sœurette décida de faire le ménage. Mais voilà ! Un coup de balai et tout s’enflammait. En effet, au vu de cet acte fort anodin, ma mère entra dans une colère noire. L’explication ? « Balayer le soir, ce n’est pas bien car on emporte la richesse et la prospérité du foyer avec les déchets » disait-elle avec un air inquiet.

Dès lors, une boite venait d’être ouverte. Pas celle de Pandore, mais de Mamadou le marabout. Et elle était estampillée « Superstition africaine pour les nuls : l’art de trouver des explications à des coïncidences. » Vous avez la paupière qui bouge toute seule ? Pas de panique. Selon l’interprétation « ancestrale » africaine, cela veut dire que vous verrez bientôt une ancienne connaissance perdue de vue. Vous avez la paume de la main qui vous démange énormément ? C’est un signe. Bientôt vos mains se frotteront à de l’argent.

Dans un monde régi par la science, de tels présages peuvent paraître farfelus. Cependant, il est nécessaire de comprendre que la culture africaine est fortement marquée par la superstition. Et ce tout bonnement par tradition. Ainsi croire en l’existence de forces occultes et surnaturelles est une chose tout à fait normale. D’ailleurs, ces croyances prospèrent à travers l’éducation des enfants.

Les parents apprennent donc à leur progéniture à adopter un certain nombre de comportements. Ne pas répondre lorsque tu es sous la douche car tu risque de te faire maudire par des djinns. Ne pas revenir sur tes pas lorsque tu voyages car cela est annonciateur d’une mauvaise nouvelle (oui oui, même quand tu oublies ton passeport). Ou encore ne pas laisser une chaussure retournée car cela risque de porter malheur, sont des exemples parmi tant d’autres.

Ainsi dès ma naissance, c’était écrit. Je deviendrai un décodeur d’événements banal sur patte. Un mec capable de refourguer aux autres une explication foireuse pour n’importe quelle coïncidence dans leur vie. Mais voilà un BAC scientifique est passé par là et a tout foutu en l’air au grand dam de mes parents. « Aujourd’hui les gosses comme toi sont instruits et ils ne croient malheureusement pas à ces choses-là » me lance mon paternel avec un peu d’amertume. Mais d’où viennent ces interprétations et ces présages ? « Avant il n’y avait pas la science et ces interprétations étaient respectées par tout le monde. Les gens utilisaient ça pour comprendre et expliquer le monde qui les entoure » me lance mon paternel.

Au fait, je dois vous préciser que je ne mène pas une vie à la Kirikou sous des airs musicaux de Youssou Ndour et autre Amadou et Mariam.  Enfin…presque. Car dans la culture africaine, marabout, sorcière, fétiches et autres sont souvent en odeur de sainteté.

Mohamed K

Articles liés

  • Des JO et des Juges : les vendeurs à la sauvette dans le viseur

    À l'approche des Jeux Olympiques, consigne a été donnée de nettoyer l'espace public. Une directive qui a forcément des conséquences sur les juridictions. Jusqu'à l'ultime épreuve, le BB chronique le quotidien du tribunal de Bobigny. Dans ce premier numéro, il est question des vendeurs à la sauvette. Poussés par la faim, ils reviennent inlassablement dans la rue malgré les arrestations et les condamnations.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/02/2024
  • Région Île-de-France : les coups de pouce aux lycées privés ne passent pas

    Les révélations en cascade au sujet du lycée Stanislas ont remis sur la table la question du financement des établissements privés par les deniers publics. À l’échelle de la région Île-de-France, les fonds consacrés à cet établissement, et au privé en général, interrogent.

    Par Imane Lbakhar
    Le 26/02/2024
  • Série – Musulman(e)s & Citoyen(ne)s

    Séparatisme, communautarisme… On ne compte plus les anathèmes lancés à la communauté musulmane. Pourtant, de nombreux citoyens, pleinement français et fièrement musulmans, s’engagent quotidiennement pour le « bien commun », mus entre autres par leur foi. Dans cette série, nous mettons en avant quatre jeunes engagé(e)s de confession musulmane. Une série signée Ayoub Simour.

    Par Bondy Blog
    Le 23/02/2024