C’est l’heure de la sieste. Mais tous sont là. Correctement apprêtés. Gentiment patients. Aujourd’hui, le Bondy Blog accueille des hôtes américains. « Ils vont débarquer avec un gros Hummer aux vitres teintés » parie Rémi quand Khadija s’affaire autour de la machine à café.

Bondy, 14h30. La délégation américaine se fait désirer. « Combien seront-ils? » se demande une bloggeuse. La sonnette fait la dingue. La porte n’arrête pas de s’ouvrir et se fermer. Enfin, les américains débarquent. Dawn McCall tient la tête du cortège. Elle est la coordinatrice de tous les programmes, initiatives Nouveaux Médias (respiration), médias sociaux au Département d’Etat américain (respiration). Une représentante de l’administration Obama ici, à Bondy.

L’idée lui a été soufflée par Paul Patin, porte-parole de l’ambassade américaine à Paris. Sur la table de rédaction, des cookies et du jus LIDL côtoient les iPads américains. Nordine Nabili, directeur du BondyBlog, prend la parole. Paul traduit. Dawn McCall écoute religieusement. Nordine présente Bondy, « une ville qui n’est qu’à quinze kilomètres du Louvre ». Et un territoire, la Seine-Saint-Denis, « le département le plus cosmopolite et le plus jeune de France. Ce département, c’est la France de demain. »

La délégation, à coups de tapotements de doigts, note très scrupuleusement. Après une bonne heure de discussion, Dawn McCall entonne des encouragements et des félicitations : « Je veux vous féliciter pour ce que vous avez fait et ce que vous allez faire. Je suis très contente d’avoir échangé avec vous. » Elle même journaliste de formation laisse entendre qu’elle ne regrette pas d’avoir réservé  sa première visite en banlieue française pour le Bondy Blog. Avant de partir, on demande à Mrs McCall pourquoi les hommes politiques se sensibilisent si peu aux problèmes de banlieue. Sa réponse est laconique : « I can’t explain that » (Je ne peux l’expliquer).

Après leur départ, Nordine Nabili livre ses conclusions : « Cette visite, ça fait partie du « soft power », ce qu’on appelle la diplomatie de l’intelligence. Ils veulent valoriser une petite élite dans les quartiers qui deviendra un exemple. Je pense et j’espère qu’on les aura marqués par notre audace et notre ingéniosité. « 

Il ajoute : « Les Américains voient tout simplement que la France ce n’est pas que Saint-Germain des Près. Ce qui compte aussi, c’est de laisser entendre à nos élites qu’elles ne se saisissent pas assez des enjeux liés à la banlieue. Parce qu’un plan d’ampleur pour l’emploi des jeunes de quartiers ou pour les transports, c’est franco-français. Et ça, ce n’est pas les Américains ou les Qataris qui vont s’en charger.  » À bon entendeur…

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xp71yx_dawn-mccall-bondyblog_news[/dailymotion]

Fethi ichou

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021