C’est l’heure de la sieste. Mais tous sont là. Correctement apprêtés. Gentiment patients. Aujourd’hui, le Bondy Blog accueille des hôtes américains. « Ils vont débarquer avec un gros Hummer aux vitres teintés » parie Rémi quand Khadija s’affaire autour de la machine à café.

Bondy, 14h30. La délégation américaine se fait désirer. « Combien seront-ils? » se demande une bloggeuse. La sonnette fait la dingue. La porte n’arrête pas de s’ouvrir et se fermer. Enfin, les américains débarquent. Dawn McCall tient la tête du cortège. Elle est la coordinatrice de tous les programmes, initiatives Nouveaux Médias (respiration), médias sociaux au Département d’Etat américain (respiration). Une représentante de l’administration Obama ici, à Bondy.

L’idée lui a été soufflée par Paul Patin, porte-parole de l’ambassade américaine à Paris. Sur la table de rédaction, des cookies et du jus LIDL côtoient les iPads américains. Nordine Nabili, directeur du BondyBlog, prend la parole. Paul traduit. Dawn McCall écoute religieusement. Nordine présente Bondy, « une ville qui n’est qu’à quinze kilomètres du Louvre ». Et un territoire, la Seine-Saint-Denis, « le département le plus cosmopolite et le plus jeune de France. Ce département, c’est la France de demain. »

La délégation, à coups de tapotements de doigts, note très scrupuleusement. Après une bonne heure de discussion, Dawn McCall entonne des encouragements et des félicitations : « Je veux vous féliciter pour ce que vous avez fait et ce que vous allez faire. Je suis très contente d’avoir échangé avec vous. » Elle même journaliste de formation laisse entendre qu’elle ne regrette pas d’avoir réservé  sa première visite en banlieue française pour le Bondy Blog. Avant de partir, on demande à Mrs McCall pourquoi les hommes politiques se sensibilisent si peu aux problèmes de banlieue. Sa réponse est laconique : « I can’t explain that » (Je ne peux l’expliquer).

Après leur départ, Nordine Nabili livre ses conclusions : « Cette visite, ça fait partie du « soft power », ce qu’on appelle la diplomatie de l’intelligence. Ils veulent valoriser une petite élite dans les quartiers qui deviendra un exemple. Je pense et j’espère qu’on les aura marqués par notre audace et notre ingéniosité. « 

Il ajoute : « Les Américains voient tout simplement que la France ce n’est pas que Saint-Germain des Près. Ce qui compte aussi, c’est de laisser entendre à nos élites qu’elles ne se saisissent pas assez des enjeux liés à la banlieue. Parce qu’un plan d’ampleur pour l’emploi des jeunes de quartiers ou pour les transports, c’est franco-français. Et ça, ce n’est pas les Américains ou les Qataris qui vont s’en charger.  » À bon entendeur…

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xp71yx_dawn-mccall-bondyblog_news[/dailymotion]

Fethi ichou

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022