Jeunes gens, vous qui passez aujourd’hui ce rituel, vous qui contemplez chaque matin le regard anxieux de votre mère qui vous voit déjà médecin; vous qui pensez que c’est la fin du monde en cas d’échec ou que la panacée vous attend si le mot admis apparait en face de votre nom en ce jour de grâce, quelque part en juillet, sur un tableau à la sortie du lycée; méditez sur l’expérience des anciens avant de stresser plus que de raison ou au contraire, de jouer au foot au lieu de réviser. Si on prend l’exemple de mes camarades de première et de terminale, on voit qu’avec ou sans le bac la réussite peut trouver son chemin. Deux classes au profil bien différent : la 1S1 a joyeusement passé l’année a ruiné la réputation d’excellence qu’on donne aux classes de scientifiques en copiant le collège fou fou fou ou les soudoués passent le BAC. La TS2 au contraire est un modèle du genre, la stratégie bien rodée des élèves qui s’y trouvent fait encore une fois la preuve de son efficacité : prendre allemand ou latin en option vous assure de tomber dans les meilleures classes.

J’ai croisé la route de ses petits génies non pas parce que j’ai pris Teuton en deuxième langue. Mais grâce à l’option physique chimie que j’ai prise au bac, Il n’y a pas de secret, tu travailles tu réussis : après le lycée tous en prépa ou pratiquement. Faut dire qu’on ne leur faisait pas le coup de l’orientation bidon à eux : dentiste, médecin, pléthore d’ingénieurs, deux personnes sorties d’écoles prestigieuses; les mines et polytechnique. Et en 1S1 alors ? On a bien quelques personnes qui ont fait prépa après le BAC, mais la majorité de ceux qui ont décroché « le Graal » sont allés en université. Quand à la forte minorité qui n’a jamais eu le précieux diplôme, ils se sont retroussés les manches pour la plupart. Nous avons un chef d’entreprise, spécialisé dans l’import export, un restaurateur plein au as, et plusieurs personnes qui se sont recyclées dans l’informatique via des centres de formation. Ceux qui sont allés en fac, ça a fait un peu TOZ ! (prout en arabe). Je crois qu’il y en a un qui a réussi à être prof, les autres ils galèrent un peu, malgré des masters d’économie, de biologie, de physique chimie ou d’histoire. Il y a bien un futur président d’Algérie potentiel, mais il n’a pas trop le temps d’y penser en ce moment, avec tout le travail qu’il a sur ce blog. Tout ça est le résultat de 80 % d’une classe d’âge au niveau bac, on ne sait pas quoi en faire après. On préfère les laisser continuer à étudier jusqu’à ce qu’ils se rendent comptent que leur filière est bouchée. Après rien n’est absolue, c’est possible, d’être prof de français avec de la volonté, vous ferez peut être parti des 14 % d’admis à l’examen du CAPES.

Le bac c’est le sésame de toutes les ambitions, mais ne pas l’avoir ne vous mènera pas forcément à l’indigence, autour de moi les exemples foisonnent de non bacheliers qui se font lécher les bottes par leur banquier. Après si vous vous passionnez vraiment pour la crise des iconoclastes aux Provinces Unies au XVI siècle, je dis tout de suite, la fac vous promet un diplôme, pas à manger. Ceci dit, si vous savez vous orienter convenablement, là c’est différent, le droit et médecine restent des bons placements. Moralité : bac ou pas bac, rien n’est gagné, et surtout, rien n’est perdu. Bonne réussite à tous.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022