A l’approche des grandes vacances d’été, tout le monde a la même question sur les lèvres : tu pars où en vacances cette année ? Comme si votre interlocuteur ne connaissait pas la réponse… Ben au bled, voyons. Seulement voilà, le terme bled recouvre plusieurs situations, toutes différentes les unes des autres. Partir en Tunisie ou au Maroc, ce n’est pas la même chose que partir en Algérie. Question prix, déjà. On a beau se dire que l’Algérie est le plus beau pays du monde, qu’on en est fier, quand on voit le coût du billet d’avion, ça fait mal au porte-monnaie. Pour un vol « sec » aller-retour, c’est-à-dire sans escales, le meilleur tarif s’élève à quelque 500 euros. Ça relève du miracle, car pour espérer avoir un billet à ce prix-là, il faut s’y prendre très, très tôt. Au mois de juin, il est déjà trop tard. Trop tard pour trouver une place « à un prix abordable », ou trop tard pour dénicher une place tout court. Les prix peuvent atteindre 1 150 euros.

1 150 euros, pour deux heures vingt minutes de vol, mal assis, avec des hôtesses de l’air qui se prennent pour tout sauf pour des hôtesses (elles vous regardent d’un air menaçant lorsque vous leur demandez de faire leur travail, si si, c’est vrai). Ces tarifs prohibitifs s’appliquent en principe à des destinations lointaines, tels la Bolivie ou les Etats-Unis. « Mais l’Algérie, c’est l’Algérie, c’est unique », s’efforcent de répéter les parents au moment de débourser, avec un haut-le-cœur, cette somme faramineuse. C’est surtout depuis les heures noires du terrorisme en Algérie, dans les années 1990, que les choses se sont corsées. Auparavant, les compagnies proposant des vols vers cette destination étaient « nombreuses ». Aujourd’hui, elles se comptent sur les doigts d’une main, à laquelle il manque déjà des doigts… Pour les destinations autres qu’Alger, il n’y a que deux compagnies: Air Algérie et depuis peu Aigle Azur. Avec la première, si votre billet indique un départ le 10 juillet à 7 heures du matin, inutile de vous prendre la tête pour être en avance à l’aéroport : la compagnie accuse des retards records dignes de figurer au Guiness Book (jusqu’à une journée, parfois).

Aussi, l’épisode de la prise d’otages des passagers du vol Alger-Paris par des membres du GIA en décembre1994 a-t-il été l’amorce de l’arrêt temporaire des vols reliant les deux capitales par la compagnie Air France. Un embargo aérien qui a duré huit ans. Avec le retour d’Air France au compteur, un éventail plus large de choix est offert aux voyageurs. Mais, dans les faits, il s’avère que les parents, de nationalité algérienne, et, dans la foulée, leurs enfants, qui n’ont souvent d’algérien que l' »origine », préfèrent se tourner vers la compagnie nationale Air Algérie, un peu par respect pour le pays qui les accueille, chaque été, comme ses enfants retrouvés.

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022