Hier, dans le local que le Racing Club de Blanqui nous a très gentiment prêté pour y installer notre micro bureau et notre couche, je suis tombé par hasard sur un solide bouquin jaune intitulé Histoire des gens de Bondy. « C’est un livre qu’on offrait aux élèves à la fin du CM2 », a souri Kamel. Voyons ça de plus près.

Je l’ai ouvert en me glissant dans mon sac de couchage et j’ai fini par m’endormir très tard. C’est une histoire signée Jean Astruc, écrite dans une langue élégamment surannée, à la fois épique et pleine de détails charmants, qui raconte Bondy au temps de Roland le Preux, du Bon Roi Henri, de Louis XVI ou de l’occupation allemande. Cette saga bondynoise court jusqu’au début des années 80 et je ne résiste pas au plaisir de vous en citer deux menus extraits.

D’abord cette évocation de Bondy bousculé par le progrès agricole: « De quoi parle-t-on dans les auberges de Bondy dans les années 1845-47? Du temps, de la sécheresse du printemps 1845 et des pluies abondantes de l’été, de la pénurie de pommes de terre, de la flambée des prix et de la disette. On parle aussi de la faux qui l’emporte désormais sur la faucille, qui abrège la moisson et économise la main d’œuvre, qui coupe bas, saccageant les nids de caille, et qui oblige à se courber davantage. »

Et aujourd’hui, de quoi parle-t-on dans les bars PMU de Bondy? Du temps qui reste pourri, de l’inflation, des délocalisations qu’on rend responsables du chômage, et de tout ce qui oblige à se courber davantage…

Voici encore, pour la bonne bouche, la satisfaction de l’auteur au moment de conclure son livre: « Le confort de l’habitation est quasi général; certes subsiste 0,3% de logements sans eau, ou 4,3% avec la seule eau froide, mais l’eau chaude est partout ailleurs; wc à l’intérieur, salle d’eau, chauffage central, c’est le cas de 93% environ. »

J’aimerais bien qu’on essaie de dire aujourd’hui aux habitants de certaines cités bondynoises qu’ils n’ont pas à se plaindre puisqu’ils bénéficient de l’eau chaude et des wc à domicile…

 

Par Michel Audétat

Michel Audétat

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021