Voici qu’approche la rencontre annuelle des musulmans de France, le grand rassemblement de printemps de l’UOIF, du 10 au 13 avril, au Bourget. Un marché à nul autre pareil, où les corans et autres livres religieux sont délicatement posés sur les présentoirs. Mais pas seulement : des fringues, des plus traditionnelles aux plus fashion, dans l’esprit « mode halal » ; des spécialités culinaires ; des offres de voyages ; des stands tenus par des jeunes bien dans leurs baskets islamiques. On en passe. Et puis, il y a les conférences et débats, qui attirent toujours les foules. Des savants et penseurs font le déplacement chaque année pour évoquer de grands thèmes : famille, religion…

Pour ce « grand rendez-vous européen annuel », l’Union des organisations islamiques de France sort l’artillerie lourde de la communication et de la logistique. Des bénévoles par centaines. Des hôtels réquisitionnés (des participants viennent d’Allemagne ou d’Espagne). Des dizaines de navettes. Une organisation quasi-parfaite. L’UOIF a recouru cette année à Internet et ses réseaux sociaux, tel Facebook. Pour créer un  effet multiplicateur, il n’y a pas mieux que La Toile. On s’en est aperçu lors de la guerre à Gaza au mois de janvier. Facebook est devenu un outil massue de recrutement de bénévoles, mais aussi et surtout, de mobilisation des fidèles musulmans.

Hassib, blogueur, réunit 477 329 visites sur son site, mais aussi 1432 amis sur Facebook. Il ne les connaît pas tous. Il est à l’origine du groupe officiel de la 26e Rencontre de l’UOIF. Le blogueur au pseudo désormais culte (Lemeckiltefaut) a envoyé « une centaine d’invitations » virtuelles à ses contacts. « Et puis, l’un envoie à l’autre, c’est un effet boule de neige », se félicite Hassib. Les personnes approchées confirment leurs venues et laissent des messages sur le « mur ». Interactivité oblige ! Les uns prêchent religieusement que « ce sera l’occasion de s’approcher d’Allah », les autres se font plus groupies et annoncent la venue des peoples « made in Islam Planet » : Tariq Ramadan ou encore un membre du Jamel Comedy Club.

A l’UOIF, la directice de la communication fait mine de ne pas être au courant de ce battage sur le Net. « C’est quoi, Facebook ? », demande-t-elle. Sa collègue, responsable du recrutement des bénévoles (caissières, ouvreuses), elle, connait très bien le système. Elle propose même aux internautes de devenir bénévoles en s’inscrivant directement sur Facebook. « Alors là, vous m’apprenez quelque chose, réagit la directrice de 26e Rencontre de l’UOIF. D’habitude, on recrute directement dans nos associations, pas sur Internet. On ne veut surtout pas des gens que l’on ne connaît pas. »

Pour Hassib, cette prudence est un tort : « Recourir à Internet prouve que l’organisation est transparente et qu’elle ne recrute pas entre petits comités, dans des caves. » La Toile est devenue une interface obligée pour l’islam de France et pour les fidèles de toute religion. Les adolescents sont les plus mordus. Ils n’hésitent pas à inscrire leur religion sur leur profil facebookien.

Les jeunes sont l’avenir de l’UOIF. Ils affirment ne pas être harcelés par les animateurs de l’organisation, des plus grands qu’eux, pour faire passer tel ou tel message. Ils le font de bon cœur. Volontairement. « Vous savez quoi ? interpelle un responsable de l’UOIF, les dates du prochain rassemblement de notre organisation n’étaient pas encore dévoilées que nos jeunes les ont annoncées à travers des forums. » Ces jeunes auraient des dons divinatoires ?

La campagne de communication qui devait « commencer trois semaines avant le début de la rencontre » a été lancée bien avant. L’UOIF dit craindre les effets négatifs de la crise économique en termes de fréquentation de la manifestation. Pure superstition, car dans un deuxième temps, elle s’attend à ce que la 26e rencontre pulvérise le record de visites atteint en 2008 : 130 000 au compteur !

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Jeux Olympiques, Grand Paris : sur les chantiers, « les profits avant les vies »

    Précarité du travail, négligence de la formation, recours massif à une main d’œuvre sous-traitante ou intérimaire… Sur les chantiers du Grand Paris et des Jeux Olympiques, l’organisation du travail met en danger les ouvriers. À l’approche des JO, les cadences s’accélèrent et avec elles les risques encourus par les travailleurs. Matthieu Lépine, auteur de L’hécatombe invisible, revient pour le Bondy Blog sur les conditions de travail sur ces chantiers.

    Par Névil Gagnepain
    Le 25/05/2023
  • Langue(s) et origine(s) : « Le Lingala et moi »

    Pourquoi en France un certain nombre de parents n'ont pas ou peu transmis leur langue maternelle à leurs enfants ? Pour tenter de répondre à cette question, nos blogueuses et nos blogueurs explorent leur histoire familiale. Hadrien nous parle, ici, de son rapport au Lingala.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 24/05/2023
  • À Saint-Denis, le lycée Paul Éluard prend l’eau

    Fuites d’eau, plafond qui s’écroule… Au lycée Paul Éluard à Saint-Denis, les enseignants se mobilisent pour alerter sur le délabrement de leur établissement. Lundi 22 mai, une réunion s’est tenue entre la direction de l’établissement et des membres du conseil régional. Reportage.

    Par Aissata Soumare
    Le 23/05/2023