LA MESSE EST DITE. Neuvième épisode de la chronique dominicale de Lansala. Le coronavirus qu’est-ce c’est ? Lansala fait le pont de l’Ascension et se penche sur la question.

La vie suit son cours, je laisse mon empreinte le temps d’un set !

Après la psychose liée aux viandes, une peur d’un tout autre genre fait surface : le coronavirus. Une maladie sanitaire proche du SRAS et des paillettes. J’étais persuadé de la cause de ce virus corona avait tout simplement repris le micro. Trompé par une homonymie improbable, je me réfugiai sous ma table le corps criblé de honte. C’est bon, ça suffit ! Le mental requinqué  je repars de plus belle. J’enfile ma redingote, mon chapeau melon et mes bottes de cuir, on a plus le temps de tergiverser. C’est l’heure de recoller les morceaux de ce puzzle !  On se bat, se chamaille à la force d’hypothétique piste à ce fléau. La version la plus fiable je la connais !

D’où vient le mal ? Le mal donne apparemment des maux, il contamine en ce moment toutes les bouches. C’est l’histoire d’un homme d’une soixantaine d’années voulant flirter avec le danger. Il part le mois dernier, le coeur vaillant, conquérir les hauteurs de la tour Burj Khalifa à Dubaï. Il revient de son séjour hospitalisé avec une zone de quarantaine à la clé au CHU de Douai. Il connaît décidément bien Tonton David, tout comme lui il passe le message à son voisin. Notre alpiniste urbain est hospitalisé et trois personnes sont susceptibles d’être contaminées. Les victimes sont un médecin, une infirmière et un autre personnel médical. C’est l’hôpital qui se fout de la charité, j’imagine bien l’un des trois dire au patient : « Avec tout le mal qu’on se donne pour te soigner, c’est comme ça que tu nous remercies ? » Finalement après de nombreuses analyses, les trois mousquetaires ne sont pas porteurs du virus. Deux autres cas sont suspectés, son compagnon de cellule  et un membre de son entourage. Les résultats des analyses seront communiqués dans les jours qui suivent.

Comment se transmet le coronavirus ? La transmission se fait d’homme à homme mais plus faible que le SRAS. Le virus est dans l’air mais surtout dans l’actu, il est pro-mariage pour tous. Les symptômes sont détonants, mais rien n’échappe à mon oeil de lynx. Les personnes touchées souffrent de toux, fièvre, essoufflement, pertes d’appétits et des envies folles de bière Corona extra fraiche.

L’humour ne tue pas, mais le virus n’est pas du même avis. 31 cas dans le monde ont été confirmés, parmi eux 18 sont morts. Qu’est-ce qu’on peut faire ? Rien, il n’ y a ni vaccin ni traitement. L’hospitalisation est la seule solution. Préparez-vous à y être scruté comme une souris de laboratoire, Mickey Mouse en moins glamour.
L’un des seuls moyens préventifs que préconise le berceau de la santé, comme à chaque pandémie, lavez-vous les mains.
C’est une éternelle mascarade qui se trame sans mascara.

Lansala Delcielo

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021