Merci pour eux.

La vérité est que les services de l’Etat savaient. La France a déjà fait l’objet d’une condamnation par le Conseil d’Etat en novembre 2001 (affaire Diop) pour son indemnisation discriminatoire de ses  anciens combattants, après la commission des droits de l’homme des Nations unies en 1989, ensuite par la Cour de justice des Communautés européennes en juin dernier, en attendant une probable condamnation prochaine par la Cour européenne des droits de l’homme (note de Bercy révélée par le Canard Enchaîné daté du 4 octobre 2006)… Tout cela rendait la situation de toutes façons de plus en plus intenable.

Mais le temps gagné aura été ainsi perdu par les intéressés.

Quelle est la proportion de survivants parmi eux, à l’heure où la justice va enfin sonner ? Ils ont au mieux 79 ans aujourd’hui, ceux qui étaient les plus jeunes participants aux débarquements de Monte-Cassino et de Provence et des combats dans les Vosges en 1945.

Parce que le scandale ne fait que commencer. Ce sont très souvent les mêmes, qui ont subi pendant des carrières entières, au service de la reconstruction nationale, puis des industries prospères des 30 glorieuses, des conditions de travail que personne ne voulait accepter. On en voit de plus en plus aujourd’hui que leur santé n’autorise pas à profiter de leur retraite. Le comble c’est que les organismes d’assurance-maladie reconnaissent au compte goutte, et au prix d’une bataille juridique aussi longue que coûteuse, le caractère professionnel de maladies manifestement liées au contact prolongé avec des produits toxiques.

Nous sommes en retard d’une colère. Ce n’est plus seulement celle de jeunes en galère, c’est celle d’une génération qui arrive en âge d’avoir des enfants à son tour, et pour laquelle la retraite justement relève presque du fantasme, faute d’avoir été intégrée suffisamment tôt dans le monde du travail. C’est la génération du chômage de masse. Qui l’a subi deux, trois, voire quatre fois plus intensément dans certaines banlieues qu’en moyenne nationale. Une génération qui pourrait tirer les leçons de l’expérience de ces indigènes de pères : leur  digne silence ne leur a pas profité.

Samy Khaldi

Samy Khaldi

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021