Depuis quelques jours, je mène une expérience étrange, un poil masochiste, je ne regarde que le 20 heures de TF1 et je ne lis que Le Monde (sans compter le Bondy Blog bien sûr). Je le reconnais, c’est un peu absurde comme expérience mais on s’amuse comme on peut. Exit i.télé, David Pujadas, Marie Drucker, Libération ou le Nouvel Obs. A moi PPDA dans son TF1 flambant neuf et Le Monde et sa direction agonisant dans les filets de la société des journalistes qui elle aussi a choisi la rupture. Entre « Retour vers le futur » et « l’histoire sans fin », j’ai l’impression d’avoir fait un bon dans le temps et je me réveille chaque fois le matin du lundi 18 juin, au lendemain de la victoire écrasante de l’UMP aux législatives. Parmi les trois dernières unes du Monde, « Sarkozy porté par l’état de grâce  », « Sarkozy impose son projet fiscal  », l’autre étant consacrée à la justice et la sécurité des tribunaux. Mais où sont passées les législatives ?

Dans le Monde daté du vendredi 8 Juin, pas un mot sur l’élection de dimanche. Titres des pages France : « 11 milliards d’allègements fiscaux pour les ménages  », « M. Sarkozy mobilise sa majorité et veut poursuivre la voie de l’ouverture », « Ségolène Royal veut un vote des militants pour asseoir sa domination  ». Sans parler de la double page sur « Présidentielle 2007, les leçons d’une victoire  » et de la pleine page sur « La sortie sans parachute  » de François Hollande . Pourquoi un tel empressement à imaginer la France d’Après ?

Quand au 20 h de TF1, jeudi soir, PPDA n’a évoqué les législatives que vers 20h20 après plusieurs sujets sur l’action de Nicolas Sarkozy au G8 où on a pu voir « notre président » (cf groland) passer depuis son portable un interlocuteur mystère à Vladimir Poutine ou répondre à une interview sur fond de pelouse et de mer Baltique. Il s’y réjouissait d’avoir combattu jusqu’à la dernière minute auprès des puissants de ce monde pour imposer sa terminologie et les amener à « considérer sérieusement » la réduction des gaz à effet de serre d’ici 2050. Ce même jeudi soir, après deux mini-sujets sans saveur sur la campagne de l’UMP et du PS, PPDA a poussé le vice (d’épicier) jusqu’à afficher les temps de parole des partis dans cette campagne, en annonçant triomphalement que le PS était devant l’UMP, sans indiquer bien sûr que le « super premier ministre » Sarkozy n’était pas comptabilisé dans ce temps de parole. Dans ce monde médiatique parallèle, je ne peux m’empêcher moi aussi de me projeter dans le futur et de voir tourner en boucle dans ma tête les images de dimanche soir qui afficheront un camembert largement bleu marine, entaché sur les côtés de rose, et de quelques touches de rouge et d’orange. Et même si cette image risque de transpercer le coeur de quelques uns, on doit pouvoir en profiter pleinement sans être obligé de creuser dès maintenant un tunnel qui nous conduira jusqu’au 18 juin.

Allez, demain je retourne à petites doses vers la pluralité : j’écoute Europe 1 et j’achète le Figaro.

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels sont partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021