C’est par le plus grand des hasards que l’on a choisi le moment de l’année le plus froid pour se réunir et parler réchauffement du climat. Les genoux qui claquent, les muscles qui se crispent dès le début de semaine, on nous annonce la température : un type qui se fait refroidir après avoir volé des surgelés. Ça s’est passé à Vitrolles, à l’issue d’une course poursuite. Un vent de fusillade souffle sur l’air marseillais. En même temps il faut avouer que, pour aller braquer un Picard avec une kalachnikov, il ne faut vraiment pas avoir froid aux yeux… Puis dans la rubrique des faits d’hiver qui glacent le sang, cette semaine on est plus que servis. Entre le bébé tué dans une machine à laver et le kiné pendu pour des prétendues dettes à la CPAM on finit par avoir la chair de poule.

Et comme si ça ne suffisait pas, voilà que notre cher président remet le couvert. Catastrophe, crise, chômage. Le thriller de cet hiver. Après Toulon 1, Toulon 2, Terreur 3 bientôt dans vos salles. Les amateurs de films d’horreurs vont se régaler. Pour les autres, réchauffez-vous mais pas à la bougie, elles aussi sont de mèches dans ce complot. En témoignerait ce pauvre chômeur à qui on a coupé l’électricité et qui en a malheureusement fait les frais.

D’ailleurs il fait tellement frais que toute la semaine on nous a parlé de frais. De frais de campagne d’un président pas encore en campagne… Cadeau du père noël, ou de la mère cosie, on ne sait pas trop. Puis en parlant de Merkozie cette semaine entre la France et l’Allemagne il y a comme un froid qui souffle sur nos têtes. Faut avouer que ces temps-ci, il ne fait pas bon venir du nord, comme quoi la phobie n’est pas compatible qu’avec l’islam. Elle est aussi compatible avec le Nord. D’ailleurs Eva Joly en a fait les frais. Victime toute trouvée d’un espèce d’édito qui a effrayé la chronique. Raciste, sexiste et même pas drôle, un certain Patrick Besson nous a de nouveau prouvé que ses idées se rapprochaient plus facilement de celles d’Eric que de celles de Luc, dommage.

Mais il faut avouer en même temps qu’il y a des moments où on a du mal à les comprendre dans le nord. On a parfois l’impression qu’ils sont tous un peu givrés. Enfin à défaut de tous, il y en a au moins un qu’il l’est c’est sûr. Mister Breivik le tueur au sang-froid l’a été officiellement déclaré. Affaire classée. Mais Anders n’est pas le seul prisonnier à se les geler. Dans les geôles israéliennes il fait peut-être moins froid, mais Salah Hamouri s’est quand même pris un gros vent. Celui qui devait sortir lundi dernier peut en témoigner : commets un attentat en Suède tu es givré, si tu en as l’once d’une idée en Israël tu es figé. D’ailleurs en Israël la vengeance est un plat qui se mange froid. Depuis l’adhésion de la Palestine à l’Unesco, les fonds d’investissements européens étaient gelés. Mais bon, un peu de pression à froid et les voilà dégelés. Tout comme les tarifs de GDF, comble qu’ils l’eurent été.

Puis à trop vaciller entre les infos du nord et celles du sud, on finit par tomber malade. Sorte d’épidémie de rhume médiatique qui atteint surtout les politiques. À croire qu’ils confondent les pages internationales et les pages locales. Si cette semaine on a beaucoup voté à l’étranger, en Egypte, au Maroc, en Russie… on a surtout parlé vote des étrangers…en France.

Évidemment c’est toujours plus intéressant que de parler d’une France malade et déprimée. Ne nous reste plus qu’à trouver de quel bois nous chauffer… Parait que celui de Boulogne est déjà pris par DSK… C’est un coup monté c’est sûr !

Widad Ketfi

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022