Ah ! Le permis ! L’indispensable permis de conduire. Tu l’as, t’es dans le vent. Tu l’as pas, t’es un piéton loser. Sans lui, oublie les jolies filles le samedi soir. Oublie le boulot. Mais passer son permis, ça coûte : « 850 euros le forfait tout compris, avec inscription au code et les 20 heures obligatoires de conduite », affirme la responsable d’une auto-école. Si on rate l’examen du code de la route, il faut ajouter à ces 850 euros la somme de 80 euros pour le repasser. Cinq tentatives sont autorisées, pas plus. Les débutants effectuent généralement des heures de conduite supplémentaires que certaines auto-écoles facturent jusqu’à 45 euros ! Si bien que la barre des 1000 euros est souvent franchie, somme astronomique pour beaucoup de jeunes. Pourtant, sait-on qu’on peut passer son permis en candidat libre pour presque rien ?

« Vous pouvez vous inscrire directement et gratuitement en préfecture. Vous y ferez une demande de dossier, puis on vous y donnera un numéro d’enregistrement accompagné d’une date d’examen pour le code de la route et pour la conduite », informe-t-on à la préfecture. Pour le code de la route, il suffira d’acheter ou d’emprunter un DVD et de s’entraîner chez soi. En revanche, pour la conduite, il est obligatoire d’effectuer les 20 heures d’apprentissage. Mais cet apprentissage peut être fait avec un « tuteur » – un proche ou un parent – ayant au minimum trois ans de conduite à son actif. Ce tuteur devra certifier les 20 heures d’apprentissage sur un livret.

L’examen du code passé et les 20 heures de conduite effectuées avec un tuteur, on peut demander une date d’examen de conduite. Un inspecteur sera assigné à l’intéressé. C’est au candidat de se procurer la voiture, qui devra être obligatoirement une voiture à doubles commandes, généralement propriété d’une auto-école. « Certaines auto-écoles acceptent de louer leurs voitures aux candidats libres, mais dans notre cas, notre assurance ne nous le permet pas », m’indique la responsable de l’auto-école à laquelle je me suis adressée.

Pour en trouver une qui accepte de le faire, il suffit de cliquer sur Internet l’adresse suivante : www.ifa-location.fr, seul centre de location de voitures à doubles commandes à prix imbattables. « Nous facturons 22 euros la location d’une heure et nous proposons un forfait de 150 euros les 8 heures qui peuvent être étalées sur plusieurs jours. Pour qu’on puisse vous louer une telle voiture, il faut que vous ayez accompli les démarches d’inscription en préfecture. Une fois que vous disposez de votre numéro d’enregistrement, c’est bon », assure le responsable d’ifa-location. « On peut donc très bien louer cette voiture uniquement le jour de l’examen et ne payer que 150 euros, c’est totalement légal, tout est expliqué sur notre site dans la rubrique candidat libre. »

Nabil a passé son permis en candidat libre. Après avoir perdu tous les points de son permis de conduire, il y a trois ans, il a dû le repasser de A à Z. Seulement, il ne se voyait pas payer une nouvelle fois les 1000 euros habituels. « J’ai regardé sur Internet, explique-t-il. Je n’avais jamais entendu parler du passage de permis en candidat libre. Ça existe depuis toujours mais personne n’est au courant, les auto-écoles nous facturent des sommes abusives, c’est une grande arnaque ! Quand je pense que j’avais payé mon permis super cher, là je n’en ai eu que pour 150 euros ! Ça me donne envie d’ouvrir un centre de location de voitures à double commandes. Ici, ça ferait un carton ! »

Maintenant les piétons losers n’auront plus d’excuses… Ah si, une excuse quand même : les voitures, ça pollue.

Widad Kefti

Widad Kefti

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022