Ah ! Le permis ! L’indispensable permis de conduire. Tu l’as, t’es dans le vent. Tu l’as pas, t’es un piéton loser. Sans lui, oublie les jolies filles le samedi soir. Oublie le boulot. Mais passer son permis, ça coûte : « 850 euros le forfait tout compris, avec inscription au code et les 20 heures obligatoires de conduite », affirme la responsable d’une auto-école. Si on rate l’examen du code de la route, il faut ajouter à ces 850 euros la somme de 80 euros pour le repasser. Cinq tentatives sont autorisées, pas plus. Les débutants effectuent généralement des heures de conduite supplémentaires que certaines auto-écoles facturent jusqu’à 45 euros ! Si bien que la barre des 1000 euros est souvent franchie, somme astronomique pour beaucoup de jeunes. Pourtant, sait-on qu’on peut passer son permis en candidat libre pour presque rien ?

« Vous pouvez vous inscrire directement et gratuitement en préfecture. Vous y ferez une demande de dossier, puis on vous y donnera un numéro d’enregistrement accompagné d’une date d’examen pour le code de la route et pour la conduite », informe-t-on à la préfecture. Pour le code de la route, il suffira d’acheter ou d’emprunter un DVD et de s’entraîner chez soi. En revanche, pour la conduite, il est obligatoire d’effectuer les 20 heures d’apprentissage. Mais cet apprentissage peut être fait avec un « tuteur » – un proche ou un parent – ayant au minimum trois ans de conduite à son actif. Ce tuteur devra certifier les 20 heures d’apprentissage sur un livret.

L’examen du code passé et les 20 heures de conduite effectuées avec un tuteur, on peut demander une date d’examen de conduite. Un inspecteur sera assigné à l’intéressé. C’est au candidat de se procurer la voiture, qui devra être obligatoirement une voiture à doubles commandes, généralement propriété d’une auto-école. « Certaines auto-écoles acceptent de louer leurs voitures aux candidats libres, mais dans notre cas, notre assurance ne nous le permet pas », m’indique la responsable de l’auto-école à laquelle je me suis adressée.

Pour en trouver une qui accepte de le faire, il suffit de cliquer sur Internet l’adresse suivante : www.ifa-location.fr, seul centre de location de voitures à doubles commandes à prix imbattables. « Nous facturons 22 euros la location d’une heure et nous proposons un forfait de 150 euros les 8 heures qui peuvent être étalées sur plusieurs jours. Pour qu’on puisse vous louer une telle voiture, il faut que vous ayez accompli les démarches d’inscription en préfecture. Une fois que vous disposez de votre numéro d’enregistrement, c’est bon », assure le responsable d’ifa-location. « On peut donc très bien louer cette voiture uniquement le jour de l’examen et ne payer que 150 euros, c’est totalement légal, tout est expliqué sur notre site dans la rubrique candidat libre. »

Nabil a passé son permis en candidat libre. Après avoir perdu tous les points de son permis de conduire, il y a trois ans, il a dû le repasser de A à Z. Seulement, il ne se voyait pas payer une nouvelle fois les 1000 euros habituels. « J’ai regardé sur Internet, explique-t-il. Je n’avais jamais entendu parler du passage de permis en candidat libre. Ça existe depuis toujours mais personne n’est au courant, les auto-écoles nous facturent des sommes abusives, c’est une grande arnaque ! Quand je pense que j’avais payé mon permis super cher, là je n’en ai eu que pour 150 euros ! Ça me donne envie d’ouvrir un centre de location de voitures à double commandes. Ici, ça ferait un carton ! »

Maintenant les piétons losers n’auront plus d’excuses… Ah si, une excuse quand même : les voitures, ça pollue.

Widad Kefti

Widad Kefti

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021