Nous l’appellerons Madame F. En 1954, cette jeune fille se marie avec un ouvrier italien naturalisé Français. En 1965, le couple obtient un logement social, dans un grand immeuble tout neuf, dans une banlieue dynamique proche de Paris. Après avoir vécu à cinq dans un petit F1 et demi, sombre au fond du 14e arrondissement de Paris jadis réservé aux ouvriers et aux artistes fauchés, c’est Byzance ! Parquet au sol, grandes baies vitrées, salle de bain, resserre… Ils habitent au 7e étage, et par temps clair, on peut même voir la tour Eiffel ! Dès les années 80, Madame F. et son mari cherchent, en vain, à déménager vue la recrudescence des cambriolages et la dégradation précipitée de l’immeuble. En 2002, après le décès de son époux Madame F. décide d’aller s’installer quelque temps chez ses enfants, à Paris. Le logement reste intact, sans que personne n’y entre jamais sinon les puces et les cafards qui décident d’en faire leur royaume, au grand dam des voisins. Depuis lors, entre le 1er et le 3 de chaque mois, Madame F., maintenant bien âgée, prend les transports en commun pour aller remettre en mains propres le loyer de son paradis perdu. La démolition de cet immeuble est programmée pour 2008. 

Ariane

Ariane

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021