André Ismaël Toe, 19ans, Burkinabé d’origine, et Amandine Mancini, 17ans, en Bep vente, se sont rencontrés sur Internet en août 2006 … Depuis ils forment le couple idéal. Seulement, rien ne les prédestinait à se rencontrer. Lui habite dans la banlieue de Metz, à Borny, elle dans un petit quartier tranquille de Knutange. Malgré ces différences sociales, ils ont appris à se connaître et à s’aimer. Ils se sont présentés mutuellement à leurs familles, à leurs amis, et tout s’est bien déroulé. Je trouve ce couple magnifique, un peu comme Roméo et Juliette de notre époque, une blanche et un noir, main dans la main, ça ne devrait plus choquer. Et pourtant …

La première fois qu’Amandine – c’est ma meilleure amie – m’a avoué le contraire, je me souviens ne pas l’avoir réellement cru, tellement cela me paraissait absurde ! Elle m’a dépeint deux catégories de personnes.

D’abord il y a ceux qui jettent des regards appréciables, gentils voire admiratifs, ou qui simplement ne font pas attention à eux, comme si c’était un couple normal. Amandine se rappelle une fois avoir croisé un couple comme le sien, une blanche et un noir, et des sourires pleins de gentillesses se sont échangés. Lorsqu’elle m’en parle, elle reste très émue de cette petite rencontre, de cet échange de regards qui l’a tellement touchée…

Seulement il y a aussi d’autres regards, très méchants, pesants. Mes amis ne se sont jamais fait insulter explicitement, mais les yeux de certaines personnes suffisent à traduire leurs pensées. André ignore ces regards, mais parfois, par agacement, il agit de la même manière. Quant à Amandine, elle tente aussi de les ignorer, même si elle m’avoue que ça la blesse énormément. Elle ne comprend pas pourquoi certaines personnes réagissent aussi hostilement. Du racisme, ou simplement de la bêtise…

Mais cela ne les gêne guère dans leur couple, qui paraît extrêmement solide. Ils me répètent sans cesse que rien ne pourra les empêcher de continuer leur chemin ensemble. Ils s’aiment et contrairement à Roméo et Juliette, leurs familles les acceptent. Pour eux, c’est le principal.

Morgane Bergantz

Morgane Bergantz

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021