Hakim et Kamel ont digéré la séance décourageante de la semaine dernière à propos de leur projet de salon de thé-crêperie à la place Neuberger. Ils aimeraient que la mairie leur loue un local, actuellement vide, et si possible qu’elle accorde une petite aide au loyer des premiers mois. Mais ce n’est pas joué.

D’abord ils ont compris que la forme juridique qu’ils prévoyaient, une Sàrl, est irréaliste. Trop compliqué et trop gourmand en capital. Alors ils ont prévu de lancer leur projet sous une bannière associative, celle du RC Blanqui, ce qui réduit la mise de départ et facilite un éventuel coup de pouce de la commune. Ils ont l’appui de l’équipe de football.

Ensuite, ils ont clarifié les investissements nécessaires. « C’est impressionnant », lâche Hakim: 1800 euros pour une vitrine réfrigérée, deux crêpières à 490 euros l’unité, une gaufrière à 450 euros, l’ameublement estimé à 3600 euros, sans compter les travaux de réaménagement du local. Ils ont déjà écrit au maire, qui a répondu qu’il se renseignerait à propos du local. Il semble que d’autres commerçants soient intéressés. Mais Kamel et Hakim ont la gniaque. « Si on a le local, j’ai déjà des idées pour récolter les fonds, explique Hakim, des petits événements genre soirée orientale ou du 3e âge. »

On attend la réponse, on vous tiendra au courant.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022