Apparemment, à Evry, très peu d’habitants sont partis en vacances au ski cet hiver. Omer Wamba, 15 ans, résidant du quartier des Pyramides, dit même n’être jamais parti skier. Il aimerait bien, pourtant, ce qu’il voit à la télé lui donne envie. « La CAF a proposé à ma famille de partir en vacances de ski pour 1400€, raconte-t-il. La CAF devait payer 80% du montant, et la famille seulement 20. Mais ça ne m’intéresse pas, je ne veux pas partir avec ma famille, mais avec mes amis, et ce n’est pas chose facile. »

« Faudrait des trucs pour qu’on puisse partir entre potes, poursuit Omer. En colonie, c’est pas la peine, car la colonie, c’est que pour les grandes vacances. Il y a la maison de quartier qui organise des voyages. Mais celle des Pyramides le fait que pour les petits. Va voir celle du Canal, Courcouronnes… Comparée à la nôtre, tu vas pas en revenir, elle est trop bien. »

Dans sa cité, personne, à sa connaissance, ne part en vacances, hiver comme été. Hormis chez de la famille, de temps en temps. Sinon, non. « Si personne ne part, c’est parce que personne nous motive pour partir, à part une association à l’Agora (centre commercial d’Evry 2), mais c’est pas tout le monde qui la connaît. Cette association à l’Agora a remplacé ma maison de quartier, c’est devenu ma maison de quartier, quoi. Là-bas, il y a des éducateurs, des animateurs, pendant les vacances, on est partis à Nantes, à Troyes, et une fois en Angleterre, on a fait trop de sorties. »

L’inscription à cette association est payante, mais le coût n’est pas très élevé, selon lui. Omer a connu cette association car il ne travaillait pas bien à l’école. Alors comme à son grand frère, on lui a proposé, vers l’âge de 13 ou 14 ans, de s’y rendre. Les éducateurs lui ont présenté une étudiante et à force d’y aller, il a vu les autres facettes de cette structure : voyages, sorties, etc.

Pendant les vacances de février, Omer n’a « rien fait de spécial ». « J’ai traîné sur Evry, et je suis resté en bas de chez moi, des fois j’ai été à l’Agora… Tout le temps la même chose, quoi. – Tu dis que la maison de quartier du Canal est bien. Pourquoi t’y vas pas ? – Tout simplement par ce que je peux pas. – Pourquoi ? – Ben, y a des problèmes entre les deux quartiers, c’est pas forcément que je suis dans ces problèmes, mais bon… Si j’y vais, ils sauront par tous les moyens d’où je viens. Et personne pourra me défendre dans tout cela. »

En quête de plus d’infos, je décide de me rendre à la mairie. Un employé me reçoit. Il s’occupe du dispositif de « l’aide au départ autonome » : « Il s’agit de responsabiliser les jeunes, de les rendre autonomes dans la mise en place de leur projet de vacances », explique-t-il. Les jeunes entre 16 et 25ans, bénéficient ainsi d’une aide municipale de 110€. Ce dispositif prend en charge le montage du projet, il est ouvert à tout public, sans distinction sociale. On peut être issu d’une famille aisée et en profiter.

Ici, au revoir les colonies de vacances ! Le Sac ados (une opération montée avec le soutien du Conseil général) met à la disposition de la mairie 50 sacs à dos. A l’intérieur de ces sacs, il y a 100€ de chèques vacances, qui peuvent servir pour l’hébergement ou pour une partie du transport. Ainsi que 40€ de chèque « déjeuner » pour aider les jeunes à financer leurs vacances.

Sac ados permet ainsi chaque année à 150 jeunes, parfois plus, de partir en vacances. En tout, ça fait tout de même plus de 16 000 euros. Mais tous ceux dans la ville qui ont droit à ce chèque vacances sont-ils au courant de son existence ? « Nous informons via le journal de la ville et via le site internet de la mairie, répond l’employé. Les maisons de quartier relaient l’info également. Il y a des affiches à la fac. » Je lui rapporte que personne parmi ceux que je connais à Evry n’est parti en vacances de ski. « Le ski c’est cher, dit-il, c’est une destination pour une certaine catégorie, c’est pas donné, mais l’aide marche aussi pour le ski, puisque le dispositif est en place pour toute l’année. »

La combinaison de ski, les skis, les chaussures, les vêtements d’hiver, les extras – restaurants, activités, cours, découvertes – qui mettent en joie les vacanciers, font grimper la note très vite. Trop cher pour Omer et ses potes.

Silvia Sélima Angenor

Silvia Sélima Angenor

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022