Dans notre inconscient pollué par les clichés sur la banlieue, le seul commerce qui a droit de cité dans les halls d’immeubles des quartiers difficiles, c’est la vente de cannabis. Alors, lorsqu’on entend parler de commerce licite dans ces lieux, nos préjugés en prennent un coup. « A l’âge de 16 ans, sur l’initiative de mon oncle, j’ai décidé de proposer du thé aux jeunes de mon quartier, raconte Mohamed. Le but était de me faire de l’argent de poche et de créer du lien social. Je n’ai pas été gâté par la vie, en échec scolaire et familial, mais je n’avais pas envie de finir mal. Dés mon jeune âge, j’ai voulu m’en sortir et atteindre mon objectif, vendre du thé dans les halls d’immeubles. C’était mon bonheur de la journée. Depuis que j’ai onze ans, je prépare tous soirs mes deux thermos et mes gobelets, et je descends dans le quartier. »

Les épreuves de la vie ont endurci notre porteur de thé. « J’ai vécu des événements terribles dans ma jeunesse, mais cela ne m’as pas détruit. Mieux encore, cela m’a donné la gnaque et la volonté de réussir », dit-il avec un large sourire.

Dynamique et jovial, il ne laisse personne indifférent : Jacques Séguéla a été séduit. « Je l’ai rencontré lors d’un reportage sur France 5, rapporte Mohamed. Il a tout de suite été séduit pas mon concept et mon parcours. J’avais confiance dans mon projet, mais le fait d’avoir convaincu un homme comme lui m’a donné encore plus d’énergie. » De la distribution de thé à ses potes dans le quartier, il se retrouve à servir du thé à des personnalités, lors de soirées privées dans les quartiers chics de Paris.

« Thé Man », c’est le surnom que lui ont donné ses premiers clients de la cité. Mohamed a donc appelé sa société «Thé Man Events » et il voit les choses en grand. Car de la simple vente de verres de thé, il passe à l’événementiel. « Le lien que je créais dans les quartiers, je veux le créer partout : soirées vip, lancement d’une marque de chaussure, soirée thématique, etc. Le thé peut s’introduire dans tous les événements. »

Auparavant activité artisanale, son concept est aujourd’hui une marque déposée, « pour protéger mes idées et mon commerce. J’ai aussi opté pour un statut juridique, l’auto-entrepreneur. Ce nouveau statut est idéal pour moi, car l’événementiel est un secteur qui ne génère pas de chiffre d’affaires régulier. De plus, je suis exonéré de charges sociales et je n’ai pas besoin de salarié. Il me permet de développer ma boîte sans contrainte financière ou administrative. »

Et même si son entreprise prend de l’envergure, « Thé Man » continue à distribuer du thé dans son quartier, pour le fameux lien social. Il a créé un logo, il compte commercialiser des t-shirts et d’autres produits avec cette marque, en particulier dans ce qu’on appelle le monde urbain. A n’en pas douter, « Thé Man Events », aujourd’hui entreprise auto-entrepreneur, sera une société anonyme dans quelques années ! Affaire à suivre, donc.

Chaker Nouri (Business Bondy Blog)

Retrouvez Chaker et son invité « Thé Man », ce soir à 18h30, au micro de la radio Générations http://generationsfm.com/genre/gene-2/news/culture-et-societe/u/19-mai-mardi-special-emploi

Chaker Nouri

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022