L’immeuble est situé au 5, rue Godefroy Cavaignac à Paris, entre les stations Charonne et Voltaire. Dans la rue, des tentes Quechua sont alignées sur le trottoir. Les soixante personnes concernées par cette évacuation ont des titres de séjour et travaillent pour la plupart, leurs enfants sont scolarisés dans le quartier. L’incendie s’est déclaré le 18 octobre au matin. L’immeuble est évacué de tous ses occupants. Une aubaine pour le propriétaire. Il n’y aura pas d’alerte médiatique sur ce fait divers ce jour-là, la France retient son souffle entre divorce présidentiel et grève des transports. Les autorités promettent aux locataires un relogement rapide, le temps d’effecteur quelques travaux. Coup de théâtre : la préfecture déclare l’immeuble insalubre et des scellés sont posés ainsi que des portes blindées. A l’entrée, des vigiles et leurs chiens de garde veillent. Aucune famille ne peut regagner son logement. L’immeuble devient zone interdite.

Une enquête est en cours pour déterminer l’origine de l’incendie. Pour les familles, c’est un acte volontaire, donc criminel. Quelqu’un leur a mis le feu aux trousses en guise de pression ? Sur ce point, beaucoup de riverains pensent tous bas ce que les sinistrés disent tout haut. Depuis, certaines femmes avec leurs enfants ont été relogés à l’hôtel, mais d’autres refusent et campent dans la rue. Au-delà des quelques jours pris en charge par la mairie, l’hôtel devient un luxe. Il n’est quasiment pas possible pour les sinistrés de prendre en charge ce budget estimé entre 1300 et 1600€ par mois. La plupart des locataires gagnent environ 1200€ par mois. D’autant plus que l’expérience démontre que les personnes logées à cette enseigne censée être provisoire peuvent parfois rester plusieurs années dans ces conditions. Réactions diverses au micro du BondyBlog, suivies d’une vidéo réalisée par le comité godefroy cavaignac :

Locataire installée sur le trottoir. locataire_1.mp3


Une voisine du comité de soutien. comite_1.mp3


Un voisin venu témoigner sa solidarité. voisin_1.mp3


La réaction d’un agent de la sécurité. securite_1.mp3

Nordine Nabili


Douce France
envoyé par nonukatall

Nordine Nabili

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022