L’immeuble est situé au 5, rue Godefroy Cavaignac à Paris, entre les stations Charonne et Voltaire. Dans la rue, des tentes Quechua sont alignées sur le trottoir. Les soixante personnes concernées par cette évacuation ont des titres de séjour et travaillent pour la plupart, leurs enfants sont scolarisés dans le quartier. L’incendie s’est déclaré le 18 octobre au matin. L’immeuble est évacué de tous ses occupants. Une aubaine pour le propriétaire. Il n’y aura pas d’alerte médiatique sur ce fait divers ce jour-là, la France retient son souffle entre divorce présidentiel et grève des transports. Les autorités promettent aux locataires un relogement rapide, le temps d’effecteur quelques travaux. Coup de théâtre : la préfecture déclare l’immeuble insalubre et des scellés sont posés ainsi que des portes blindées. A l’entrée, des vigiles et leurs chiens de garde veillent. Aucune famille ne peut regagner son logement. L’immeuble devient zone interdite.

Une enquête est en cours pour déterminer l’origine de l’incendie. Pour les familles, c’est un acte volontaire, donc criminel. Quelqu’un leur a mis le feu aux trousses en guise de pression ? Sur ce point, beaucoup de riverains pensent tous bas ce que les sinistrés disent tout haut. Depuis, certaines femmes avec leurs enfants ont été relogés à l’hôtel, mais d’autres refusent et campent dans la rue. Au-delà des quelques jours pris en charge par la mairie, l’hôtel devient un luxe. Il n’est quasiment pas possible pour les sinistrés de prendre en charge ce budget estimé entre 1300 et 1600€ par mois. La plupart des locataires gagnent environ 1200€ par mois. D’autant plus que l’expérience démontre que les personnes logées à cette enseigne censée être provisoire peuvent parfois rester plusieurs années dans ces conditions. Réactions diverses au micro du BondyBlog, suivies d’une vidéo réalisée par le comité godefroy cavaignac :

Locataire installée sur le trottoir. locataire_1.mp3


Une voisine du comité de soutien. comite_1.mp3


Un voisin venu témoigner sa solidarité. voisin_1.mp3


La réaction d’un agent de la sécurité. securite_1.mp3

Nordine Nabili


Douce France
envoyé par nonukatall

Nordine Nabili

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021