Présentez-vous aux lecteurs du Bondy Blog ?
Je suis un ancien journaliste. Tout de suite après le bac, j’ai intégré Sciences-Po Grenoble, puis l’École Supérieure de Journalisme  Lille. J’ai fait en grande partie du journalisme politique et des reportages comme au Liban et en Afghanistan. J’ai été éditorialiste ainsi que rédacteur en chef à La Nouvelle République du Centre-Ouest. J’ai ensuite passé 15 ans au journal La Croix.  Je suis partis pour l’Express pour revenir à la Croix en tant que rédacteur en chef, où j’ai achevé ma carrière.

Parlez-nous de vos engagements associatifs en tant qu’ancien journaliste ?
J’ai créé une association pour la diversité dans les écoles de journalisme « Média et diversité ». J’ai eu le déclic de lancer cette association lorsque je me suis adressé aux dirigeants de l’IUT de Tours. Sur tous les dossiers reçus, aucun étudiant ne venait de banlieue ou n’avait une bourse sur critères sociaux. C’est de là qu’est partie cette aventure.

Quelles sont les objectifs de votre association ?
L’association s’adresse aux lycéens de première et de terminale, bénéficiant d’une bourse sur critères sociaux. Ils sont sensibilisés au monde des médias en classe de première au lycée. Ensuite, en terminale, c’est une formation qui leur est  proposée. Je pense que cette population ne se sentira intégrée que lorsqu’elle se verra à la télévision. Les jeunes des banlieues, contrairement à ce que j’ai pu entendre, ont réellement leur place dans le journalisme.

 

Vous avez beaucoup travaillé dans des pays du monde musulman. Selon vous, y a-t-il eu une révolution des médias durant le Printemps arabe ?
Les médias ne font pas de révolution, ils la relatent, la facilitent, y contribuent certainement. Mais ils ne la font pas. Encore moins actuellement, car les populations ont remis aux mains des révolutionnaires le droit de parole, sans assurance qu’ils la partagent avec le peuple.

 

 

Peut-on parler de limite à la liberté d’expression ?
Oui, il y a une limite à la liberté d’expression. Il m’est déjà arrivé de m’autocensurer. Si le seul but d’un sujet est de faire  mal, ce n’est pas de la liberté d’expression. L’autocensure d’un journaliste, c’est mesurer l’impact qu’a notre écrit sur les gens.

Iymen Mani

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021