La dernière vague d’immigration qu’a connu la ville déposa sur les riants rivages de Bondy sa première communauté tamoule. Originaires du Sri lanka, ils arrivèrent dans notre cité au début des années 1990, l’apport important intervenant à l’aube de l’an 2000 quand la réhabilitation de l’ancien quartier industriel de la ville (la remise à Jorelle dans Bondy Sud) fournit les logements à même d’accueillir ces nouveaux Bondynois.

Aujourd’hui prés de 700 Tamouls vivent sur le territoire communal, principalement dans le Sud. C’est une communauté soudée, organisée, qui a le mérite d’être très ouverte sur l’extérieur malgré la barrière de la langue. L’ancien tôlier colonial de Ceylan étant l’Angleterre, les Tamouls pratiquent de ce fait plus aisément l’anglais que la langue de Molière.

Conscient de ce handicap culturel, nos Sri lankais se sont organisés dans l’association franco-tamoule qui fait un peu office de porte parole de la diaspora par le biais de son président, Monsieur Rajendram. En terme d’immigration, ce dernier présente un parcours hélas typique pour ceux issus de sa communauté. Comme dans de trop nombreux cas, la guerre l’a poussé sur le chemin de l’exil. Le Sri lanka étant depuis une vingtaine d’années ravagé par un conflit opposant le gouvernement cingalais (l’ethnie dominante au Sri lanka) à la minorité tamoule. C’est pour fuir les massacres que beaucoup ont quitté le pays. Monsieur Rajendram se dit aujourd’hui très préoccupé par la situation de ses congénères: « Les pogroms contre les tamouls ont repris ! » m’affirme t il. Après 4 années de trêve, la situation au Sri lanka s’est de nouveau dégradée, les combats entre forces gouvernementales et les Tigres de libération de l’Ealam Tamoul (LTTE le mouvement indépendantiste tamoul) nourrissent encore une fois l’actualité.

La même histoire se répète dans chaque conflit, quand les armes parlent, le sang et les larmes sont les lots des populations civiles d’un coté comme de l’autre. Si la souffrance ne s’encombre pas de considérations ethniques, les Tamouls ont eu plus que leur part de tueries. Pour interpeller l‘opinion publique sur les événements qui endeuillent leur pays, les Tamouls de France ont organisé une manifestation ce 25 juillet, au mur de la paix à Paris.

Je trouve décidément que cet été est beaucoup trop propice à ce sommet d’imbécillité et d’artisanat humain qu’est la guerre. J’ai de plus en plus l’impression qu’il faut une accrédition délivrée par les puissants pour qu’un peuple ait le droit de vivre sans qu’une bombe lui tombe sur la tête. Il est triste de constater que la diplomatie de nos jours se résume à cette seule phrase : « C’est à moi !»

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021