Aujourd’hui, qui n’a pas entendu parler de Nabila?  Elle se dit représentative de la jeunesse d’aujourd’hui. Latifa, n’étant pas du tout d’accord, lui adresse une lettre.

Chère Nabilla,

J’ai laissé passer tellement de choses.Ton affront constant envers notre belle langue, ton ignoble bonnet rose ou encore ton histoire avec Sofiane et la pollution auditive qui a suivi. Je t’ai même pardonné ce maillot si échancré sur les plages de Miami, qu’il aurait fait rougir Marc Dorcel. J’ai fermé mes yeux et bouché mes oreilles, très fort, pour ne plus te voir ni t’entendre répondre au téléphone. Pourtant, tu me faisais sourire et tu m’as presque attendrie.

Ton histoire avec Thomas, cette lumière qui anime tes jolis yeux devant un morceau de tissus griffé. J’ai quasiment eu de l’admiration pour toi, tu réussis à brouiller les pistes, cette petite chose que tu portes, est-ce un short ou une culotte ? Je prenais du plaisir à te voir faire la tournée des popotes médiatiques. Vois-tu, le dîner de cons est mon film favori.

Mais voilà que dimanche, ce fut l’apparition, et même l’incarnation de trop. « Je suis la jeunesse d’aujourd’hui ». La connais-tu seulement ? La jeunesse d’aujourd’hui, dans sa grande majorité n’a jamais fait de détention préventive. Elle travaille, elle étudie, et pour elle, l’accomplissement ne se résume pas à une semelle rouge.

La jeunesse d’aujourd’hui, en tout cas celle que je connais, ne roule pas en cabriolet dans les rues de Miami, incarnant une réussite factice. Elle brûle plutôt ses économies en séjours linguistiques, en stages à l’étranger ou en séjour d’une semaine « all inclusive » dans des hôtels de Marrakech ou d’Hammamet.

Alors oui, peut-être qu’elle te regarde, le soir, en sortant des cours ou du boulot, mais comme tout le monde, pour rire. Plus de pain, désormais, le peuple veut des seins et des jeux. Dans le pire des cas, tu incarnes le fantasme de certains jeunes d’aujourd’hui qui courent après la gloire, les booking en boîtes et autres fausses « paparazzades ». Vaste programme. Cette jeunesse qui, par exemple, va de nouveau faire les beaux jours de TF1 durant tout l’été à partir de ce vendredi.

Mais dans une naïveté que nous partageons peut-être, j’ose encore croire que la jeunesse d’aujourd’hui n’a pas pour idole ultime Kim Kardashian. Que les jeunes filles qui grandissent dans les barres HLM ou non d’Annemasse, comme toi, ou d’ailleurs, ne rêvent pas toutes de poser à moitié nues pour être connues. Elles ont, je le souhaite, autre chose à faire valoir. L’esprit que tu fais semblant de ne pas avoir ou que tu n’as pas. Une certaine maîtrise du Bescherelle qui leur permettrait de comprendre les jeux de mots les plus élémentaires d’un humoriste aussi doué soit-il, et surtout un respect certain pour elle-même.

Nabilla, non, tu n’es pas la jeunesse d’aujourd’hui. Tu es seulement celle que l’on veut bien nous montrer.

 

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022