Les allées bondées, les sonos qui rivalisent de puissance, une douce odeur de nourriture et de bière, pas de doute nous sommes bien à la fête de l’Huma. Depuis maintenant 20 ans, la fête organisée par le parti communiste français est entrée dans ma routine annuelle. Le deuxième week-end de septembre, alors que certains vont à la techno parade, je me dirige vers le parc de La Courneuve, ses parkings rouges, verts et jaunes et sa grande scène. L’ennui n’est jamais au rendez-vous car la fête de l’Huma représente bien plus qu’un simple festival et ambiance chaque année, pour  petits et grands.

A mon sens, la fête de l’Huma est à une famille communiste ce que L’Aïd el Kebir  est à une famille musulmane. C’est toujours l’occasion de tous se retrouver au stand espagnol de la cité internationale. Entre les stands algériens, sénégalais, chinois et autres, la tente Mundo Obrero est le point de chute de tous les descendants d’Espagnols du coin. Etant petit, j’y retrouvais mon grand-père qui discutait avec d’autres vétérans républicains. Alors que mes oncles et tantes buvaient un étrange breuvage rouge avec morceaux d’orange, nous allions aux manèges du coin après un bon cornet de churros. Au Village des Enfants, spectacle de clown, lectures publics et activités sportives s’enchaînaient pour notre plus grand plaisir.

Les années passent, l’adolescence arrive et par conséquence la présence des parents n’est plus tolérée. Après l’habituel repas au stand de gironde du samedi midi, nous prenions la poudre d’escampette. Première bière au stand irlandais, premiers concerts, la liberté nous tendait les bras. Dans un stand un homme tout de rouge vêtu tempêtait contre le président Chirac. Mais nous on en avait marre, ce genre de discussions, on y avait le droit tous les soirs à table. Du coup, on s’empressait de retourner à la grande scène pour ne surtout pas rater Manu Chao…

Depuis quelques années pourtant, la fête a changé. Ou bien c’est moi. Chaque été je prends plaisir à revoir ces lointains parents qui s’exclament immanquablement : « La dernière fois que je t’ai vu t’étais comme ça. Qu’est ce que tu ressembles à ton père… avec des cheveux ». J’apprends à apprécier les micros concerts de ska/dub/dancehall anonymes au fond du stand du PCF fédération de la Creuse. Les hommes en rouge ne m’ennuient plus et je me surprends à lever le poing gauche et à reprendre leurs slogans. Enfin, j’ai appris à apprécier la saveur de l’étrange breuvage du stand Mundo Obrero, et bien d’autres encore.

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022