« Les huissiers sont venu le 21 septembre, ils m’ont dit de partir. L’assistante sociale m’a logé pendant 15 jours et puis elle m’a dit: « Débrouillez-vous! » J’habite chez une amie avec mes trois enfants de 13, 9 et 8 ans ». Dolly vient du Congo, tout comme Marie-Jeanne, la maman de Julia dont le père est en Suisse. Ce lundi après-midi, j’ai promis d’emmener Marie-Jeanne, chez les « femmes relais » du centre Daniel Balavoine. Elles pourront peut-être l’aider.

Et Dolly en profite pour venir avec nous. Elle continue son récit: « Toutes mes affaires, des vêtements, une machine à laver, une télévision sont restées dans l’appartement. Le propriétaire les a confisquées et ne répond plus au téléphone. Depuis, je n’ai que le contenu de deux petits sacs que j’avais emportés. Les enfants n’avaient pas emporté de vêtements ». Dolly n’a pas signé de contrat avec le propriétaire du « squat ». « Il ne voulait pas » explique Dolly, et maintenant il veut que je le rembourse ». Elle est convoquée au tribunal début décembre.

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021