« Les huissiers sont venu le 21 septembre, ils m’ont dit de partir. L’assistante sociale m’a logé pendant 15 jours et puis elle m’a dit: « Débrouillez-vous! » J’habite chez une amie avec mes trois enfants de 13, 9 et 8 ans ». Dolly vient du Congo, tout comme Marie-Jeanne, la maman de Julia dont le père est en Suisse. Ce lundi après-midi, j’ai promis d’emmener Marie-Jeanne, chez les « femmes relais » du centre Daniel Balavoine. Elles pourront peut-être l’aider.

Et Dolly en profite pour venir avec nous. Elle continue son récit: « Toutes mes affaires, des vêtements, une machine à laver, une télévision sont restées dans l’appartement. Le propriétaire les a confisquées et ne répond plus au téléphone. Depuis, je n’ai que le contenu de deux petits sacs que j’avais emportés. Les enfants n’avaient pas emporté de vêtements ». Dolly n’a pas signé de contrat avec le propriétaire du « squat ». « Il ne voulait pas » explique Dolly, et maintenant il veut que je le rembourse ». Elle est convoquée au tribunal début décembre.

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022