« Papaaa !!! Mets la table, s’il te plaît ! « FBI: portés disparus », ça commence. – Ah bon ? – Mais oui, c’est à 20h35, c’est plus à 20h55, t’as oublié ? » Mon père, il y a deux semaines encore, surfait sur son PC en attendant que le repas du soir soit servi. Désormais, je le pousse à mettre la main à la pâte ! Et à préparer la table du dîner. Ha ! Les hommes ! Toujours partant pour esquiver le moindre effort. Hommes au repos, femmes aux fourneaux : ça s’applique très bien à mon père. Il me répond : « Tu n’as qu’à le faire. – D’accord, lui-dis-je, mais la série aura déjà commencé quand tout sera prêt ! »

Bon argument pour le faire lever de sa chaise. Il me rejoint dans la cuisine, agacé, mais peu importe. Il paie de sa personne. Manque plus que le gratin dauphinois qui finit de cuir… Voila, tout le monde est à table. 20h45 à l’horloge. Zut, on a raté le début, je ne vais rien comprendre à l’épisode… Tant pis, on zappe et on remettra France 2 pour le deuxième « FBI… » de la soirée.

C’est sûr que si on a finit de manger a 20 heures et qu’on prévoit de regarder le prime-time à 20h35 sur une des chaînes de France Télévisions nouveau régime, on se dit « super ! Plus de pubs après le JT, mon film va bientôt commencer ». Mais quand on est habitué à un programme de première partie de soirée à 20h50, heure à laquelle on venait juste de terminer de manger pour pouvoir s’asseoir devant la télé, on se dit qu’au fond, elles étaient utile, ces publicités, on avait le temps de finir le repas!

J’ai fait un sondage exprès auprès de mes amis et collègues. Sur 10 personnes, 4 trouvent que la suppression de la pub après 20 heures sur France télés est une bonne chose. « C’est super! Je passe moins de temps sur le net en attendant le film du soir », me dit l’un. D’autres approfondissent le débat, et cette fois, ça vaut pour les chaînes privées : « C’est les publicités durant le film ou l’émission qui auraient dû être supprimées, parce que celles d’avant le film ne gênaient personne. Au contraire, ça nous arrangeait. On avait le temps de débarrasser ou de s‘installer à table, pour ceux qui ne mangent pas tôt. » Or c’est précisément le cas chez moi.

Tout dépend donc du mode de vie de chacun. Pour les bonnes petites familles qui soupent à 18 heures devant « La roue de la fortune » ou « Question pour un champion », le film à 20h35, ça a peut-être du bon…

Inès El laboudy

Inès El laboudy

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022