France – Italie, mercredi 6 septembre. Quel plaisir ! Jamais je n’aurais imaginé prendre autant mon pied à crier « Mais ils sont où les Italiens ?!!! ». Il n’y a vraiment que dans le contexte d’un match de foot que j’aurais pu rencontrer cette situation, donc comme tout le monde au stade, j’en ai profité, j’ai chambré au maximum !

Mais tout avait pourtant très mal commencé… C’est en arrivant dans les gradins que j’ai eu la surprise de me retrouver dans les tribunes italiennes : « Qu’est-ce que c’est que ce délire ? C’est une blague ? » Des Italiens surexcités partout !!! Juste devant moi, une association de supporters italiens, ils ont préparé un drapeau géant qu’ils déploieront à l’entrée des joueurs… Les rigolos… C’est avec mépris que moi et la minorité de français présents dans la tribune regardons les transalpins crier, chanter, danser dans tous les sens… L’apothéose du dégoût survient lorsqu’ils se mettent à crier des « Materazzi ! Materazzi ! ». Pathétique ces italiens…  A la télévision, on ne comprend pas du tout les sifflets lors des hymnes, on trouve ça absurde et irrespectueux, mais quand on est au stade, le match des supporters a commencé bien avant les hymnes.  On a essayé de couvrir ces sifflets en mettant la sono à fond mais rien à faire.
En fait, le public français ne sifflait pas l’hymne Italien en lui-même, mais plutôt les supporters italiens qui chantaient et qui depuis des heures ne cessaient de chambrer.

Le match débute, et aussitôt, c’est le cirque italien dans les tribunes qui va se terminer… Le premier but a calmé tous les italiens, et du même coup réveillé tous les français de la tribune ! Alors au deuxième but, chez les français, c’est l’hystérie, les tifosis par contre, eux, de marbre, plus un mot, on a l’impression que quelqu’un a fait un arrêt sur image sur tous les italiens… Finalement, cette tribune, je l’adore ! Voir autant d’italiens dégoûtés se prendre la tête, un vrai régal ! Le but italien leur redonne espoir… les pauvres… L’espoir durera jusqu’au troisième but français. A partir de là, je n’ai plus de souvenir d’avoir entendu un seul italien. Les français de la tribune se lâchent alors complètement, ils chambrent, font la ola, chantent la Marseillaise.

Le match se termine, les italiens sont dépités, leurs regards dans le vide donnent le sourire au français. Le public s’est chambré, insulté pendant tout le match, mais tout ceci dans un très bon esprit du début à la fin. A l’intérieur comme à l’extérieur dans une ambiance festive. On se prend même en photo entre supporter des deux camps. Un formidable exemple à suivre pour des soit disant supporter de certaines équipes comme le PSG et l’OM…

 

Par Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022