France – Italie, mercredi 6 septembre. Quel plaisir ! Jamais je n’aurais imaginé prendre autant mon pied à crier « Mais ils sont où les Italiens ?!!! ». Il n’y a vraiment que dans le contexte d’un match de foot que j’aurais pu rencontrer cette situation, donc comme tout le monde au stade, j’en ai profité, j’ai chambré au maximum !

Mais tout avait pourtant très mal commencé… C’est en arrivant dans les gradins que j’ai eu la surprise de me retrouver dans les tribunes italiennes : « Qu’est-ce que c’est que ce délire ? C’est une blague ? » Des Italiens surexcités partout !!! Juste devant moi, une association de supporters italiens, ils ont préparé un drapeau géant qu’ils déploieront à l’entrée des joueurs… Les rigolos… C’est avec mépris que moi et la minorité de français présents dans la tribune regardons les transalpins crier, chanter, danser dans tous les sens… L’apothéose du dégoût survient lorsqu’ils se mettent à crier des « Materazzi ! Materazzi ! ». Pathétique ces italiens…  A la télévision, on ne comprend pas du tout les sifflets lors des hymnes, on trouve ça absurde et irrespectueux, mais quand on est au stade, le match des supporters a commencé bien avant les hymnes.  On a essayé de couvrir ces sifflets en mettant la sono à fond mais rien à faire.
En fait, le public français ne sifflait pas l’hymne Italien en lui-même, mais plutôt les supporters italiens qui chantaient et qui depuis des heures ne cessaient de chambrer.

Le match débute, et aussitôt, c’est le cirque italien dans les tribunes qui va se terminer… Le premier but a calmé tous les italiens, et du même coup réveillé tous les français de la tribune ! Alors au deuxième but, chez les français, c’est l’hystérie, les tifosis par contre, eux, de marbre, plus un mot, on a l’impression que quelqu’un a fait un arrêt sur image sur tous les italiens… Finalement, cette tribune, je l’adore ! Voir autant d’italiens dégoûtés se prendre la tête, un vrai régal ! Le but italien leur redonne espoir… les pauvres… L’espoir durera jusqu’au troisième but français. A partir de là, je n’ai plus de souvenir d’avoir entendu un seul italien. Les français de la tribune se lâchent alors complètement, ils chambrent, font la ola, chantent la Marseillaise.

Le match se termine, les italiens sont dépités, leurs regards dans le vide donnent le sourire au français. Le public s’est chambré, insulté pendant tout le match, mais tout ceci dans un très bon esprit du début à la fin. A l’intérieur comme à l’extérieur dans une ambiance festive. On se prend même en photo entre supporter des deux camps. Un formidable exemple à suivre pour des soit disant supporter de certaines équipes comme le PSG et l’OM…

 

Par Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels sont partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021