Vous l’avez sûrement tous vue ! Cette jeune femme qui, depuis deux ans à la même période de l’année, décore nos murs de métro. Cette femme presque nue, bronzée et toute huilée, maillot de bain aux pieds. Un pub Galeries Lafayette. On dirait que le maillot de bain porte la femme et pas le contraire. Suis-je « vieux jeu », moi qui n’ai pas 20 ans ? J’ai recueilli les impressions de jeunes filles, voulant confronter mon opinion plutôt pudique en la matière.

Imène, 20 ans tout juste, diplômée en licence d’anglais : « C’est une photo que j’avais déjà remarquée dans le métro, sans faire attention à la marque, en me disant « encore une photo de femme nue sans qu’on sache vraiment pourquoi ». Je l’ai vue en passant à la station Châtelet de la ligne 7 et à ce moment-là, je me suis demandée où les anti-pubs et les féministes avaient bien pu passer, eux qui tagguent habituellement ce genre d’affiche. »

Imène poursuit : « J’aurais attendu quelque chose de plus classe ou de plus décent, des Galeries Lafayette. Ils tentent de vendre un produit qui n’est pas du tout mis en valeur sur l’affiche. On se retrouve avec une image de femme parfaite mais irréelle encore une fois. La pub ne me marquera pas, et elle ne m’attire pas non plus. Je dirais plutôt qu’elle m’agace profondément. Tout comme la campagne Virgin il y a quelque temps, (la culture du plaisir, campagne sortie en 2006, où on voyait une jeune femme nue ne tenant qu’un sac Virgin, ndlr), je trouve les campagnes de pub qui se focalisent sur le corps de la femme de plus en plus inutiles et dépasséss. »

Plus jeunes, Abibatou et Sera, 16 et 17 ans, se disent choquées par l’affiche : « Pourquoi la montrer toute nue ? Il faut penser aux enfants et aux personnes âgées, ils n’y a pas que les jeunes qui voient ça. C’est abusé, juste pour un maillot de bain… Surtout qu’elle ne porte pas son maillot de bain! »

Admettons, mais si les Galeries Lafayette font ce genre de pub, c’est que ça marche. Et pourquoi ça marche ? « Il faut un truc qui marque les esprits et qui doit être rentable », explique Katia, 21 ans, qui elle aussi en a « marre de voir des femmes à poil pour rien. Je ne vois pas en quoi c’est libérateur, au contraire, c’est énervant et puis hors sujet. Je trouve que ses mollets sont vachement balaises, non? »

Ophélia, étudiante de 20 ans, est d’un tout autre avis : « Cette photographie représente une femme libérée qui déclare sa féminité sans tabou en se mettant presque à nue. Certes, cette publicité peut être choquante pour certains, mais pour moi, cette image est symbolique dans le sens où cette femme sur l’image sourit. On a l’impression qu’elle n’a pas été gênée de se faire prendre en photo, elle a l’air épanouie. Je pense que cette photo reflète l’image de la femme occidentale actuelle : la liberté, la beauté, le rêve (le fantasme des vacances par rapport au maillot de bain), le côté glamour (sexy sans être choquant) et l’indépendance. »

Stéphanie et Virginie, qui ont respectivement 23 et 28 ans, voient, elles, en ce sourire que cette jeune femme porte, quelque chose de vulgaire. « Elle est toute huilée, à moitié à poil, allongée, une jambe en l’air et elle sourit, c’est vraiment… » Elles ne trouvent pas leur mot et ajoutent. « Ça fait limite FHM ou Entrevue, c’est vraiment pas à l’image des Galeries Lafayette. »

Ophélia ne se laisse pas abattre : « La société actuelle a beaucoup évolué depuis les années 60. Les femmes se sont beaucoup battues pour obtenir leur indépendance, pour être reconnues pour ce qu’elles font et non pour des vertus que la société leur avait attribué jusque-là. Cette photo reflète la liberté sexuelle et dit l’envie des femmes en tant que femmes. De nos jours, les femmes sont plus libres de leur choix, de leur vie et de leur avenir. Nous sommes à l’époque de « Sex and the city », « Glamour », « Ally McBeal » ou encore Cosmopolitan, où les femmes contemporaines ne ressemblent plus à leurs mères ou leurs grand-mères. De plus en plus de femmes préfèrent privilégier leurs carrières à leur vie familiale. Ce sont des femmes plus entreprenantes et plus déterminées dans leurs choix. »

Deux choses sont sûres au terme de mon sondage express. La première, c’est que nous sommes en 2008 et que le débat est loin d’être terminé. La seconde, c’est que je ne dois pas être si « vieux jeu » que ça.

Ndembo Boueya

Ndembo Boueya

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022