La Maternité des Lilas a été créée en 1964 et «a été conçue pour un volume de travail qui n’a plus rien à voir avec ce que l’on fait maintenant. De plus, ce bâtiment ne répond plus aux normes d’hygiène actuelles» selon Assia ASLOUN, Gouvernante de la Maternité.

C’est un établissement privé admis aux services publics hospitaliers qui comprend une trentaine de lits. «Nous gardons les patientes beaucoup plus longtemps qu’ailleurs à savoir 5-6 jours. 1700 accouchements sont assurés par an, nous avons également les consultations, puis le personnel qui regroupe 150 personnes dont 105 en Equivalent Temps Plein. Cela fonctionne plutôt bien mais nous refusons énormément de patientes» ajoute t-elle.

La Maternité des Lilas doit donc s’agrandir. En 2007, un projet de reconstruction est lancé avec l’Agence Régionale d’Hospitalisation (ARH). La Maternité déménagerait, permettant ainsi de doubler sa capacité d’accueil et celle d’accouchements. «On pourrait passer à 2500 naissances, et recruter davantage de personnel sachant qu’on est le troisième employeur des Lilas après la Mairie et la RATP» selon Sarah GUEDAY, responsable assurance qualité.

En 2009, le projet a été acté par Madame Roselyne BACHELOT alors Ministre de la Santé. Prêts, terrain et plans ont été mis en œuvre pour le projet. L’ARH devient l’ARS ( agence régionale de santé)

Avec la loi relative portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), un changement de politique et de direction va bouleverser le projet. Le projet de reconstruction prévu en juin 2011 est alors gelé. Les travaux devaient durer un an et demi afin que les nouveaux locaux ouvrent leurs portes en 2013.

A cet instant, selon Sarah GUEDAY, « on s’est rendu compte que construire une maternité isolée ne faisait plus partie de leur politique de santé».  En 2010, la Direction de la Maternité se charge des négociations avec l’ARS. Seulement, le personnel réalise «que l’avenir de l’établissement est en danger, et que les seules négociations de la Direction et sa tutelle ne suffisent plus».

Ainsi en mars 2011, le personnel se mobilise et se constitue en collectif pour «défendre les intérêts de son établissement, de son outil de travail». Le STAFF médical se réunit, tenu informé par Marie-Laure BRIVAL, chef de service. En avril, aura lieu la première sortie officielle en tant que Collectif qui manifestera place de la Bastille. En mai-juin, une pétition est lancée. Elle regroupe actuellement 20 000 signatures.

Fin juin, le Collectif participera aux Assises de l’offre de soins au Campus de Bobigny où il en profitera pour poser quelques questions à Monsieur EVIN, patron de l’ARS. Lui a été demandé s’il était prêt à vendre la Maternité au privé, ce à quoi M. EVIN a répondu: «pourquoi pas».

Le Collectif s’est rendu compte qu’il fallait faire du bruit. En septembre a eu lieu aux Lilas une grande manifestation qui a réuni  environ 2000 à 3000 personnes dont de nombreux politiques.

A la suite de ce mouvement, le Collectif des usagers de la Maternité des Lilas sera initié  sous la proposition de Marie-Laure BRIVAL, par Madeline DA SILVA, présente à la manifestation. Une action par semaine sera réalisée pour «donner un second souffle à notre lutte» selon Sarah GUEDAY.

Selon Madeline DA SILVA, «le Collectif des usagers a été créé pour faire entre leur voix. Le but est de faire du bruit là où la Maternité ne pouvait pas le faire. Les usagers ont alors pris leur carnet d’adresses et se sont mis à contacter des artistes».

Les deux Collectifs se sont dès lors mis à agir ensemble. Le Collectif des usagers informait de leurs intentions le Collectif de la Maternité qui apportait un soutien logistique.
Madeline DA SILVA a d’ailleurs précisé que «l’ARS avait fait savoir que le bruit des collectifs les avaient gênés».

Ainsi, les actions fusent: le 19 novembre, FLASHMOB organise la chute de plusieurs femmes enceintes sur le parvis du Centre Georges Pompidou, symbolisant la mort de la Maternité. Le 25 novembre, dix personnes assistées d’une sage-femme simulent un accouchement sur la place de la Mairie des Lilas. Des réunions, des projections photos et de films, des débats auront lieu ainsi qu’une chorale pour les enfants. La dernière action de l’année  a eu lieu le 17 décembre dernier lors d’un concert de soutien au Théâtre du Garde-Chasse.

Le «médiateur» nommé suite à la manifestation de septembre a rendu le 16 décembre dernier un rapport favorable à la reprise du projet ce qui laisse optimiste les Collectifs quant à la décision de l’ARS qui sera sûrement rendue courant janvier 2012. Mais «le Collectif continuera de fonctionner tant qu’il n’y a pas de réponse en bas de page» indique Assia ASLOUN.

Si la décision est négative, le Collectif Maternité, le Collectif des usagers ainsi que Xavier, TARTAS, Directeur de l’établissement, sont unanimes, «on va durcir le mouvement!» «L’ARS devra trouver de bons arguments» précise le Directeur…

Emira BK

Relire les articles précédents relatifs à la maternité des Lilas :

La maternité des Lilas vivra

La maternité des Lilas : croître ou dépérir

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021