On se télécharge quoi ce soir ? Fini les heures scotchées devant son écran à choisir toute une sélection de films pour remplir le disque dur. Depuis la fermeture de Megaupload, les gérants des vidéoclubs – oui oui ça existe encore – ont le sourire. Un mois après la fermeture de ce site de partage, les professionnels du secteur ont pu constater une hausse du nombre de locations de DVD de la part de consommateurs assoiffés de films et de séries télévisées.

C’est notamment le cas d’Omar. Pour ce cinéphile de 27 ans, passer la porte d’un vidéoclub lui semblait presque inconcevable, à la limite du ridicule, un geste préhistorique. Mais depuis la fermeture de Megaupload, le jeune homme a totalement changé d’avis, faute d’avoir trouvé sur Internet des sites pouvant remplacer Megaupload.  Depuis, il se rend plusieurs fois par semaine au vidéoclub en bas de chez lui, à Livry Gargan.  » Le jour où ils ont annoncé la fermeture du site, j’étais au boulot, je pensais qu’à une chose, mes téléchargements en cours et s’ils avaient fini à temps! » Ce passionné de films et de séries ne s’attendait pas à cette fermeture. « J’ai essayé de retrouver d’autres sites, j’y ai passé des soirées entières. Je n’ai rien trouvé. Et il y a certains films que je voulais voir. Donc revenir dans la location permet d’être sûr d’avoir ce qu’on cherche ».

Bastien, lui habite dans le 11ème arrondissement de Paris, il reconnaît lui aussi s’être rendu dans une boutique de location de DVD. Âgé de 17 ans, il fait partie de cette génération qui est né avec les téléchargements de films sur internet. Se rendre dans une boutique de locations de DVD est totalement nouveau pour lui.  » C’est moins pratique, on est un peu perdu. Il y a des films partout, c’est mal rangé, alors que sur Internet c’est plus facile! Tu tapes le nom du film ou le nom de l’acteur et tu l’as direct. A toi de choisir la meilleur qualité et celui que tu auras plus vite. Puis 3,80 euros le DVD, c’est cher quand même, quand t’as l’habitude du gratuit ! Franchement ça me manque grave de télécharger, mais c’est plus fort que moi j’ai des séries pas terminées il faut absolument que je les regarde ».

Le bonheur des uns fait le malheur des autres j’ai envie de dire. Félix, le gérant de la boutique de location, est ravi.  » C’est incroyable ! Dés le lendemain, de nouveaux clients ont commencé à apparaître, parfois c’est devenu impossible de circuler tellement y’a du monde, j’ai carrément changé mes horaires d’ouverture, je fermais vachement plutôt les week-ends, là je prolonge d’une heure » Pour lui aucun doute, cette hausse de la fréquentation et ces nouveaux clients est clairement liée à « l’effet Megaupload ».

Certains sites qui permettent de louer des DVD sur Internet, ont vu une augmentation de la demande, les sites de replay sont saturés, et la vente des DVD en grandes surfaces à elle aussi progressé ces dernières semaines. Le cinéma lui aussi est en parfaite santé, il n’y a qu’à voir les César et les Oscars 2012, pour constater que les Français et le Cinéma vivent une grande histoire d’amour.  Le mois de janvier particulièrement froid qu’a connu la France a aussi favorisé les soirées télé, et pourrait aussi être une explication au phénomène. Mais la fin de Megaupload semble avoir donné un second souffle au format DVD. Un mal pour un bien donc.

Mohamed Mezerai

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021