Le Café Pur Sucre sert son thé à la menthe sans sucre. Chacun peut y mettre sa dose. Ouvert toute l’année – c’est un café résident –, il arrange son buffet en fonction des expositions. Aujourd’hui, c’est mehjouba (galette algérienne farcie de tomate, oignon et épices) et baklawa (photo). Bien entendu, dans un salon maghrébin, on trouve du couscous, « royal », pour 12€. Allez-y mollo sur la pâtisserie, sauf si vous venez d’engranger des bonus bancaires : 3€ pièce pour un gâteau qui s’avale en une bouchée.

Toute la victuaille est faite maison par des cuisiniers en partie maghrébins. Voir des Gaulois servir du houmous (pois-chiches) et des bricks, ça change ! Surtout que la nourriture se trouve encore dans les marmites de cuissons, comme au bled, avec la louche géante et la vapeur qui s’en échappe. De quoi mettre en appétit dès l’entrée.

Il est précisé que la viande servie par le Café Pur Sucre est hallal, comme ça pour le week-end, personne ne se privera. Si vous n’avez pas faim, vous pourrez boire un bon verre de thé pour 2€. Voilà un prix à peu près raisonnable…

Inès El Laboudy

Inès El Laboudy

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021