Ils ont gagné. Mennel Ibtissem abandonne l’aventure The Voice.

Malaise. C’est le sentiment qui m’envahit face à la polémique qui entoure cette candidate de 22 ans qui avait crevé l’écran dans l’émission The Voice, sur TF1, samedi 3 février, grâce à son interprétation largement ovationnée de la magnifique chanson de Leonard Cohen, « Hallelujah ». Moins de 24 heures plus tard, les réseaux sociaux de celle qui rêve de devenir chanteuse ont été scrupuleusement fouillés, dans leurs moindres recoins. Les messages incriminés sont déterrés et exhibés en place publique. Ils sont relayés par les mêmes qui avaient critiqué son voile le soir de sa prestation.

Ce sont précisément deux messages complotistes après les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray, en 2016, qui ont été exhumés par quelques internautes sourcilleux et relayés par les cercles proches de l’extrême droite et du Printemps Républicain, tenant d’une laïcité agressive, qui ont déclenché la polémique. Les messages sont condamnables. Aucune ambiguïté ne doit persister sur ce point.

Des interrogations subsistent : pourquoi être si sourcilleux à l’endroit de cette jeune femme en particulier ? Pourquoi est-ce précisément de la fachosphère et du Printemps Républicain qu’émanent ces accusations ? Pourquoi la presse s’enflamme-t-elle à ce point pour deux messages postés par une jeune femme de 20 ans qui émet des jugements à l’emporte-pièce sur les réseaux au milieu de la tourmente dans laquelle les attentats ont plongé la France (TOUS LES FRANÇAIS) ? Pourquoi diantre TF1 est-elle tombée dans le jeu de ces polémiques ? Fouille-t-on les réseaux sociaux de tous les candidats de télé-réalité ou juste celui de Mennel parce qu’elle porte un turban et qu’elle est musulmane ?

Voici mon sentiment : Mennel est jeune, belle, talentueuse et dégage sur scène ce petit charme timide qui donne à son personnage un côté attachant. Seulement voilà, Mennel est d’origine syrienne et a eu l’outrecuidance de se présenter coiffée d’un turban devant le jury, où elle a interprété l’un des couplets de sa chanson en arabe (« par les temps qui courent« , quel culot !). Et pour certains, cela ne passe pas. Ils ont donc fouillé tout ce qui était à portée de leurs mains et ont trouvé deux pépites qu’ils allaient utiliser pour la détruire : « C’est devenu une routine, un attentat par semaine. Et toujours pour rester fidèle, le terroriste prend avec lui ses papiers d’identité. C’est vrai que quand on prépare un sale coup, on n’oublie surtout pas de prendre ses papiers #PrenezNousPourDesCons », écrit-elle le 15 juillet 2016, au lendemain de l’attentat de Nice sur la promenade des Anglais. Puis : « Les vrais terroristes, c’est notre gouvernement », quelques jours après l’attentat de Saint-Étienne-du Rouvray, le 26 juillet 2016.

Mennel a présenté ses excuses, notamment aux familles des victimes des attentats.

Avant Mennel, d’autres personnalités publiques françaises (humoristes, acteurs, réalisateurs), pourtant plus âgées, ont tenu des propos de la même teneur après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis mais ils n’ont pas subi le même traitement. Ces propos complotistes sont malheureusement tenus par nombre de jeunes en France. Ce sont les propos d’une fille de sa génération. Il suffit de tendre l’oreille, de les écouter, ces jeunes, méfiants vis-à-vis des médias et des politiques, pour mesurer l’ampleur de leur ressenti. C’est une réalité :  selon une enquête de la Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy Watch, dévoilée début janvier de cette année, 79% des Français croient à au moins une« théorie complotiste ». Près de huit Français sur dix.

Alors que faire ? Au Bondy Blog, nous sommes engagés dans l’éducation aux médias : nous accompagnons collégiens et lycéens partout en France à s’informer, à construire et décrypter l’information, à déconstruire les fantasmes qui entourent le métier de journaliste, nous les aidons à avoir les bons réflexes, à discerner les théories du complot, à mieux appréhender l’utilisation des réseaux sociaux.

Je ne suis pas un fervent spectateur de The Voice. Ni de TF1 d’ailleurs. Quant à la fachosphère… elle fait ce qu’elle a toujours fait : trouver des figures qu’elle érige en symbole de ses obsessions identitaires et racistes pour s’acharner dessus. Mais cette polémique est symptomatique de l’ambiance délétère qui règne dans notre pays.

Acculée, l’aspirante chanteuse avait écrit cela pour se défendre : « Je suis née à Besançon, j’aime la France, j’aime mon pays. Je condamne bien évidement avec la plus grande fermeté le terrorisme. C’était la raison de ma colère. Comment imaginer défendre l’indéfendable ! » Pourquoi certains doivent-ils montrer patte blanche ? Pourquoi doivent-ils prouver qu’ils aiment la France, justifier la légitimité de leur présence, de leur droit à être des citoyens de notre pays et à jouir des mêmes opportunités ? Au nom de quelle autorité morale certains autres se permettent-ils de leur demander des comptes ? De quel pouvoir sont-ils investis pour déclarer qu’une personne est fréquentable ou digne d’être Française ?

À terre, voilà ce que Mennel dit dans son message d’adieu à TF1 : « J’ai participé à The Voice avec l’intention de rassembler, pas de diviser. D’ouvrir les esprits, pas de les assombrir. J’ai foi en l’humanité et en la bienveillance des gens. J’ai foi en un futur rempli d’amour, de paix et de tolérance. J’ai foi en mon pays, la France. »

Ce qui me désole le plus, c’est l’influence qu’ont acquis en France ceux qui portent les obsessions identitaires et réactionnaires d’une fraction de la population. Une fraction de la population crispée, effrayée par l’avenir, qui n’accepte pas le changement et tente de réduire au silence tous ceux qui font entendre une voix et une musique qui ne leur reviennent pas. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Avant Mennel, il y a eu Black M, Mohamed Saou, Axiom, Rokhaya Diallo écartés… pour rien. Difficile de savoir à quel point le départ de Mennel est spontané, à quel point elle a été poussée vers la sortie par TF1. Une chose est sûre, en tombant dans le panneau de ces polémiques, la chaîne de télévision leur a concédé une nouvelle victoire.

Alban ELKAÏM

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021