Ma sœur et moi avons répondu présentes au rendez-vous fixé place de la République pour faire front à l’intolérance et au crime barbare dont a été victime un enfant de la République. En effet, c’est parce que certains préjugés selon lesquels les Juifs ont de l’argent qu’un mouvement de haine et de torture est né. La mort d’ Ilan Halimi a fait rappeler une fois de plus les dérives dont certains individus sont capables. C’est donc avec impatience que j’attendais cette manifestation, celle qui unirait enfin Juifs, Chrétiens et Musulmans de France dans un même et unique but : combattre l’intolérance.

Déjà, dans le métro les slogans étaient prêts a être scandés: « Pour Ilan Justice » tel était le mot d’ordre de la journée. En sortant du métro, des dizaines de milliers de personnes s’étaient réunies (dont la majorité issue de la communauté juive), banderoles à la main. Plusieurs associations étaient présentes notamment S.O.S racisme et l’UEJF (Union des étudiants Juifs de France). C’est alors que je me suis immiscée dans la foule où je dois l’avouer j’ai senti une extrême colère qui s’est traduite par certains slogans faisant appel à la violence « Fofana salop, les juifs auront ta peau ».

Durant la marche j’ai sympathisé avec deux jeunes filles apparemment très touchées par la mort d’Ilan Halimi. C’est alors qu’elles m’ont avouées qu’elles envisageaient d’aller vivre en Israël car elles ne se sentaient plus protégées par la France. Cette même France dont le drapeau a été hué durant la manifestation. En effet, le sentiment d’insécurité était omniprésent de la part de la communauté Juive. Certains aspects de cette manifestation m’ont même troublé. Dans cette manifestation contre l’intolérance, certains comportements se sont avérés être justement à la limite de l’intolérance. Certaines paroles m’ont même choquées: « moi je préfère mourir pour mon pays en Israël plûtot que me faire tuer ici par un arabe ». Mais est-ce vraiment ça la France, un pays ou la communauté voisine est montrée du doigt à chaque fait divers ?

Par Nacima Annane

Nacima Annane

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021