C’était il y a quelques jours. Alors que j’attendais le 105, le bus mythique qui parcourt Bondy de long en large, des filles parlaient juste dernière moi. Je ne suis pas du genre à écouter les conversations des inconnus mais là,  je n’ai pas pu m’en empêcher, le bus avait  du retard, il fallait bien que je m’occupe…

Bref,  la discussion était très très basique, je me souviens à peine de quoi ces filles parlaient. Mais, les «Mdr» et «lol» qu’elles introduisaient naturellement dans leurs phrases m’ont marquée. Des «mots» logiquement dédiés aux conversations écrites du monde de l’internet.

La conversation ressemblait donc à ça: «- Tu te souviens comment elle est tombée !! Mdrrrr. -Graaaave xptdrr carrément nan ! Mais la pauvre elle n’a pas assumé en plus. Pff moi j’ai qu’un mot à dire: lol quoi !»

Si vous n’avez pas entre 12 et 15 ans ou que vous n’êtes pas vraiment branché SMS et Facebook, vous êtes sûrement en train de penser que ces filles parlaient vietnamien. Ne vous inquiétez pas, si vous vous sentez exclu ou même humilié par cette absence de savoir, je vous comprends puisque je ressens la même chose en cours de math. Et comme j’aime quand mon prof réexplique les choses lentement, avec des mots plus simples qui ne ressemblent pas à f(x)=ax²+bx+c, j’ai donc pensé à vous, lecteurs. Voici un petit lexique.

Commençons par la base:

MDR: Mort De Rire

LOL: la version anglaise de MDR puisque que les initiales de LOL sont Laughing Out Loud (rire aux éclats) mais on ne l’emploie pas dans le même sens, non lol c’est moins fort que MDR, lol va plus dans le sens «je rigole».

PTDR: «péter de rire» étape supérieur du MDR

EXPTDR: synonyme de «Ptdr» : explosé de rire

OMG : Oh My God !

Et les symboles comme  « :$ , 😉 , =) , :/ ,:-(   : – ) » ce sont des simleys. Pour les vrais noobs (débutants), lorsque vous penchez votre tête vers la droite, ces symboles bizarres forment un visage, qui sourit, qui fait un clin d’œil, ou qui est triste comme un clown.

Exemple: «j’ai perdu mon portable :s » ou «on n’a pas cours, la prof n’est pas là!! : – )»

Beaucoup de mes copains/copines se sont mis à parler comme les filles du bus. C’est moins «kikou-lol» comme on dirait au lycée, mais quand mes copines se mettent à parler entre elles, vous êtes sûr que dans une phrase sur deux il y aura un MDR ou un LOL!

Pas plus tard qu’hier, je parlais avec Asma : «T’as vu un peu comment le prof il a cassé Maxime! MDR !». Ce n’est qu’après son MDR qu’elle se mit réellement à rire par la suite. Je lui ai alors demandé pourquoi elle ne rigolait pas directement plutôt que d’annoncer qu’elle allait être «morte de rire». Voilà sa réponse: «Mais je ne sais pas moi, ça vient tout seul, c’est une habitude! Ma mère aussi elle passe son temps à me dire la même chose, elle trouve ça ridicule. Mais c’est à cause des autres aussi, quand tous tes amis parlent d’une certaine manière, tu finis forcément par les imiter inconsciemment».

Maintenant que ces «mots» sont entrés dans le langage courant, les «mdr» et «lol» n’ont donc plus aucun sens sur facebook ou par SMS, ils sont balancés comme n’importe quelle banalité.

Il y a alors de nouvelles expressions qui ont été introduites dans le langage virtuel :

Un Cyber, su facebook, est un individu qui s’appelle « SäaaRàah Làdelîîinkàante AsqIiparait dLaPërfëcttîiïOn Aù Fémînïïin», ayant plus de 700 amis, avec 543 «j’aime» sur chaque photo, 30 publications par jour sur son «mur», qui habite à Las Vegas et qui a une famille incroyable composée de 35 frères et sœurs. C’est en fait quelqu’un qu’on pourrait qualifier de populaire sauf qu’il ne faut surtout pas oublier l’adverbe «virtuellement» parce que dans la vraie vie cette même personne est généralement très ordinaire.

Continuons…

* «T’es trop soiin» ( «t’es trop stylé») : quelqu’un qui a du style, du charisme, de la présence, un bogoss (beau gosse)  quoi.

*«Marion c’est devenue une tchoin»: poliment, disons que c’est une fille qui assume plus tôt que toutes les autres d’aimer beaucoup les garçons.

*«aie lossa»: expression ayant différents sens, tout dépend du contexte; ça peut signifier bravo, bogoss, merci, c’est un petit peu comme le mot de liaison «as» en anglais, on l’emploie quand on ne sait plus trop quoi dire.

Ceci  n’est qu’un aperçu. Les expressions du web fourmillent de plus en plus dans nos bouches d’ados. On peut se mettre à la place de nos parents qui ne comprennent strictement rien à ce nouveau langage, comme le répète à longueur de journée ma mère: «Vous les jeunes avec vos lol et tout le tralala votre vocabulaire devient catastrophique». Si si la famille, maman.

SARAH ICHOU

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022