Dimanche soir forcément tout le monde déprime. Demain c’est lundi, et qui dit lundi, dit reprise du travail ou de l’école. Mais les footeux ce soir sont heureux parce que c’est la 15ème journée de Ligue 1 et c’est le grand duel qui se joue ce soir, le classico comme on dit, entre L’Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain. C’est la 65ème confrontation en championnat entre ces deux candidats à la victoire et c’est au Vélodrome que cela se passe. A défaut de la Canebière, Thomas et Sofiane eux, seront rivés sur leur écran télé, à bas la zapette, ce soir c’est leur match.

D’un côté, Thomas 20 ans ne loupe pas son équipe d’un œil et en effet, les commentaires se font vite sentir sur le PSG : « Nan nan, c’est bien le Paris Saint-Germain sur le terrain. J’ai essayé de changer de chaîne au début parce que j’ai pensé être devant un reportage animalier sur les chèvres sauvages !»

Le premier but encaissé pour Paris et Thomas ne mâche plus ses mots : « Une honte ! ». Le supporter parisien ne fait pas dans la soie pour décrypter le match et les mouvements techniques : « L’attitude des joueurs parisiens sur le terrain va être vite résumé : déchets techniques, zéro mouvement, les joueurs n’ont montré aucune détermination à croire qu’ils ne comprennent pas le sens du mot classico .Si il y avait bien un match à gagner c’était belle et bien celui-là. ».

En effet, au bout de 90 minutes, Le PSG se voit écoper d’une défaite 3 à 0. Mais Thomas ne désespère pas pour autant : « Une défaite ce n’est pas la fin du monde mais ce qui est inquiétant c’est que depuis le début de saison le collectif parisien ne s’améliore pas et lorsque les individualités ne sont pas en forme, Paris n’y arrivent pas, le 4-2-3-1 de Antoine Kombouaré devient de plus en plus ridicule. ».

Du côté marseillais on jubile. Sofiane, étudiant en STAPS nous confie ses impressions sur le match : « Je dois dire qu’avant le match je n’étais pas confiant. Je me demandais comment Marseille allait réagir après la défaite contre l’Olympiakos en Ligue des champions mais après les premières minutes de jeu, mes craintes n’étaient plus, notamment parce que Paris n’avait aucune occasion et que leurs soit disant « stars » (Pastore, Menez, Lugano & Co) n’étaient pas en forme voir même transparentes ».

Et quand Marseille ouvre le score, il souffle un coup en signe de soulagement : « Alors que d’habitude les quelques minutes après le but m’inquiète, là je savais que Marseille ne craignait rien. Paris ne produisait aucun jeu, le seul frisson que j’ai eu c’est la frappe de Sissoko à la 35min sur le poteau (qui est d’ailleurs LA seule occasion de Paris dans ce match)». A fond derrière son équipe, il ne s’attendait pas à une tel festival. Ce classico se conclut donc par une large victoire de l’OM.

Jessica Fiscal

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022