La vie à tout prix ! Nos vies, nous les Noirs, ont-elles la même valeur avec celles des autres qui ont une peau blanche quelques soient leurs origines, leurs pays, leurs villes, leurs régions où leurs quartiers ? Vous le savez, que vous le vouliez ou non, nous sommes et nous resterons des Noirs, des blacks et nos vies comptent comme les vôtres.

Une nouvelle vague d’indignation s’empare aujourd’hui du monde avec l’assassinat de George Floyd.

Les violences policières et le racisme que nous vivons, rappellent celles endurées par nos ancêtres pendant la traite des Nègres, l’esclavage et la colonisation. Aujourd’hui, au 21e siècle, partout dans le monde, et particulièrement en France, dans ce pays dont la devise est libérté-égalité-fraternité, le fond du problème se trouve dans la grande classe moyenne ou la bourgeoisie qui croit qu’elle n’est pas raciste car elle ne commet pas d’actes racistes.

Cette classe pense que le racisme ne la concerne pas, que c’est un problème marginal, alors qu’il traverse tout le système français. Votre racisme et votre haine envers nous les Noirs, vous l’exprimez par votre silence. Votre racisme et votre haine sont parfois dans vos mots, dans vos gestes et dans vos regards. Cela m’attriste et me bouleverse. La France s’enfonce dans l’horreur de la haine et du racisme.

Dehors, tout n’est que danger

En France, on a l’impression que la police en elle-même est un instrument de domination structurellement dirigée par vous, vous les Blancs, pour perpétuer un pouvoir de type colonial. C’est la triste réalité. Jusqu’à maintenant, aucun des membres du gouvernement n’a pris la parole pour parler de cette situation (Christophe Castaner tient une conférence de presse ce lundi à 16h30, ndlr). Mais leur silence relève leur degré de complicité avec le fonctionnement de la police.

Cette situation nous conduit à une colère, à une crise et finalement à un échec de nos sociétés. Se taire est impossible. C’est arrivé et tout cela peut arriver de nouveau et d’ailleurs, l’assassinat des Noirs par les personnes blanches continue de nos jours. Nous sommes arrivés à un stade où sortir de chez nous demande une préparation mentale intense, car pour nous une fois dehors tout n’est que danger. Nous avons la peur au ventre, parce que dehors on peut finir au commissariat, en salle de réanimation voire à la morgue. Nous en sommes arrivés là.

Le chaos. Les Noirs du monde entier souffrent, ici en France, en Amérique, en Libye, au Maroc, en Tunisie, en Allemagne, en Suède, au Canada, en Algérie, partout. Nous ne sommes plus grand-chose devant vous. Et pourtant nous voulons juste continuer à exister, à vivre, à vaquer à nos occupations et non à mourir dans les mains de la police ou de la gendarmerie comme Adama Traoré.

Il y a des douleurs que nous ne pouvons pas partager

Heureusement, la France, la Tunisie, l’Algérie, l’Arabie Saoudite, la Chine, l’Amérique… ne se résument pas à leurs polices, tout comme leurs populations ne se réduisent pas aux racistes qui déversent leur haine sur la communauté noire. Merci à ceux qui ont une peau d’une couleur différente de la nôtre et qui compatissent. Je vous dis merci pour votre soutien quand nous subissons de l’injustice.

Je n’ai même pas besoin de vous le dire parce que c’est une question qui relève du bon sens. Et le bon sens est la chose du monde la mieux partagée. C’est une responsabilité collective, car le monde entier regarde la France. Mais il y a des douleurs que nous subissons et que nous ne pouvons pas partager. Vous ne le savez pas, vous ne les connaissez pas parce que vous ne n’avez pas vécu ce racisme. Vous ne mourez pas de ses violences. Vous ne subissez pas ses injustices. Vous êtes protégés. Ses douleurs restent en nous. Elles logent dans nos os et rongent notre chair, notre peau noire. Votre soutien, votre compassion ne suffisent pas à apaiser nos colères.

Parfois, un regret me traverse. Non pas parce que je suis noir, j’en suis fier ; mais quand vous, les personnes de couleur blanche, vous parlez à notre place, lorsque vous nous jugez par notre couleur de peau, lorsque vous nous qualifiez de drogués, de voleurs, de délinquants, des sans rien, de peuples sans histoire ni civilisation, lorsque vous pensez être nos supérieurs, lorsque vous ignorez que nous sommes vos semblables… Nous ne nous laissons plus faire. Nous descendons dans la rue. Nous unissons nos forces, avec un seul cri : nos vies comptent.

Kab NIANG

Crédit photo : Hervé HINOPAY

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021