Le 2 mai prochain, Floyd Mayweather et Manny Pacquiao ont rendez-vous avec l’histoire, pour ce qui est déjà annoncé par de nombreux journaux comme « le combat du siècle ». Exit les Ali Foreman à Kinshasa, les Sugar Ray Lamotta, les Hearns Hagler. Le XXe siècle est révolu, et le XXIe attend toujours son grand moment pugilistique. Ce combat d’unification des ceintures WBC, WBA et WBO en poids welter (- de 66 kg) entre les deux meilleurs combattants de leur génération pourrait bien être celui-là.
Un record au moins est sûr de tomber. La bourse de « Money » Mayweather, déjà, évaluée entre 150 et 180 millions de dollars pour l’athlète le mieux payé au monde deviendra la plus importante jamais touchée par un boxeur. Il mérite bien son surnom. Pour preuve, il portera pour l’occasion un protège-dents en diamants d’une valeur de 25 000 dollars. Manny Pacquiao devrait quant à lui toucher la bagatelle de 80 à 100 millions. Le MGM Grand de Las Vegas, qui accueille l’événement attend aussi des recettes astronomiques, jamais égalées (72 millions de dollars). Il faut dire que les 16 000 places sont chères (entre 1500 et 10 000 dollars l’unité). En France, « Ma Chaîne Sport » a déboursé, semble-t-il, près de 900 000 euros pour les droits de retransmission de l’évènement, à 3 h du matin. Mamanny-pacquiaotch historique donc, en quantité de billets verts. En sera-t-il de même dans le carré magique ?
Les fans déplorent que ce combat arrive trop tard. À 36 printemps, le boxeur philippin (57 victoires, 5 revers, 2 nuls), n’a plus gagné avant la limite depuis son combat exceptionnel face au puncheur Portoricain Miguel Cotto en 2009. En revanche, il a subi deux revers, dont un sévère KO face à Juan Manuel Marquez, en 2012. Malgré tout, le combattant au style spectaculaire a récupéré son titre de champion du monde en 2014 face à Timothy Bradley, qui le lui avait arraché sur une décision litigieuse, puis l’a défendu jusqu’à la limite face à l’Américain Chris Algieri qu’il a tout de même réussi à envoyer six fois au tapis.
« Meilleur boxeur que Mohammed Ali »
DV_To_Getty_3297927_0.jpgDe son côté, Mayweather, 38 ans est considéré par certains comme l’un des meilleurs boxeurs de tous les temps. À l’aide de son père et de son entraineur (ce dernier est aussi son oncle), il a développé un style défensif sans égal et personne n’a jusqu’à aujourd’hui réussi à trouver la clé contre lui. Invaincu en 47 rencontres pour autant de victoires dont 26 avant la limite, il vise le record d’une légende, Rocky Marciano, avec 49 combats gagnés et aucune défaites en professionnel. Il a d’ailleurs déclaré qu’il ferait un dernier combat en septembre prochain. Peu mis en danger ces dernières années, hormis contre le cogneur Argentin Marcos René Maidana, le public lui reproche sa capacité à endormir les matchs et son style peu explosif. Il a été champion du monde dans cinq catégories de poids différentes, les deux seuls à avoir fait mieux sont Oscar de La Hoya et… Manny Pacquiao (champion dans 6 catégories différentes).
Malgré tout, l’envie et l’ardeur du Philippin pour le plus important combat de sa longue carrière, à qui il incombera d’imposer le rythme de l’affrontement pourraient bien laisser présager un grand match. Espérons que ce combat tant attendu ne fera pas l’effet d’un pétard mouillé.
Les entrainements publics ont fleuri sur la toile comme avant tout grand rendez-vous, et les déclarations aussi. Le 16 avril Pacquiao déclarait n’avoir rien perdu de « son instinct de tueur », et son coach, le célèbre Freddie Roach, a ajouté le 19 qu’il « ne serait pas surpris que Mayweather se retire à la dernière minute ». De son côté, « Pretty Boy Floyd » a affirmé que ce combat serait « sa 48e victoire » et aussi qu’il était « meilleur boxeur que Mohammed Ali », cette assertion ayant fait grand bruit dans le petit monde du pugilisme.  Quoi qu’il en soit, ces « petites phrases » font partie du folklore de la boxe et seront vite oubliées si elles ne sont pas suivies d’effet entre les cordes. Le clash entre combattants marche comme en politique sauf qu’une fois sur le ring on ne peut plus mentir. Le dernier face à face s’est fait sans provocation, dans une ambiance de calme avant la tempête. Malgré tout, petite déclaration de l’Américain, confiant qui pense être « le plus costaud des deux ». L’entraîneur de Pacman a rétorqué que Floyd n’avait « pas envie de se battre ». On a connu plus houleux. Assagis ou conscients de l’enjeu, les deux champions s’expliqueront le 2 mai.
L’histoire nous dira si ce combat deviendra une référence. Les deux boxeurs ont déjà marqué l’histoire, s’ouvre devant eux les portes du panthéon du noble art. À vous de jouer, messieurs.
Mathieu Blard

Articles liés

  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022