C’est la fin du championnat de football, et partout je rencontre, en banlieue parisienne, des supporters portant le maillot de l’Olympique de Marseille. Aussitôt, j’ai envie de questionner un jeune homme l’arborant fièrement. Pourquoi, quand on est parisien, soutient-on le club ennemi de sa ville, en l’occurrence l’OM ?

« L’OM m’a toujours fait rêver depuis tout petit », raconte Tchek, footballeur amateur. C’est la seule équipe française qui a remporté la Ligue des champions en 1993. Je me souviens encore de ce magnifique but, marqué de la tête par Basile Boli. J’en ai même pleuré.» Tchek, nostalgique, s’arrête un instant. Pierre, un ami qui l’accompagne, enchaîne, admiratif : « Cette année-là, des grands joueurs comme Waddle, qui a même été ovationné au Parc des princes en 1991 lors d’un PSG-OM, Abedi Pelé, Deschamps, Desailly ou bien Cantona nous ont tous fait vibrer. C’était un show permanent ! »

« Nous sommes des Parisiens et fiers de l’être ! Mais nous savons aussi reconnaître un club compétent. Malgré certaines périodes difficiles, l’OM reste le club le plus titré de France », souligne Pierre avec joie : neuf fois champion de France, dix coupes de France, une coupe de la Ligue, une ligue des champions, une coupe Intertoto.

Tchek reprend la parole, vide son sac : « Il fut un temps, je supportais, bien sûr, en tant que Parisien, le PSG. Etant français, d’origine sénégalaise, je me souviens qu’il y avait des cris de singe dans le stade. Notamment lors d’un match ou Georges Weah, Ballon d’or en 1995, jouait. C’était un scandale ! Malheureusement, cette image restera gravée dans mon esprit. Même si je sais qu’aujourd’hui, ça ne se fait plus trop. Mais quelque chose a été brisée… Je ne me reconnais pas du tout dans les supporters parisiens, sans parler des résultats sportifs. »

« Au Stade Vélodrome, c’est pas pareil, affirme Tchek : Les tribunes sont multicolores avec des supporters hissant des drapeaux de différents pals. C’est un club qui appartient au peuple français et l’on peut s’y retrouver facilement. » Rendez-vous dimanche pour le défilé des champions de France à 15 heures au Vieux-Port. Et sur tous les Vieux-Port qu’on porte dans le cœur. Peuchère !

Lina Wallis

Lina Wallis

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022