C’est la fin du championnat de football, et partout je rencontre, en banlieue parisienne, des supporters portant le maillot de l’Olympique de Marseille. Aussitôt, j’ai envie de questionner un jeune homme l’arborant fièrement. Pourquoi, quand on est parisien, soutient-on le club ennemi de sa ville, en l’occurrence l’OM ?

« L’OM m’a toujours fait rêver depuis tout petit », raconte Tchek, footballeur amateur. C’est la seule équipe française qui a remporté la Ligue des champions en 1993. Je me souviens encore de ce magnifique but, marqué de la tête par Basile Boli. J’en ai même pleuré.» Tchek, nostalgique, s’arrête un instant. Pierre, un ami qui l’accompagne, enchaîne, admiratif : « Cette année-là, des grands joueurs comme Waddle, qui a même été ovationné au Parc des princes en 1991 lors d’un PSG-OM, Abedi Pelé, Deschamps, Desailly ou bien Cantona nous ont tous fait vibrer. C’était un show permanent ! »

« Nous sommes des Parisiens et fiers de l’être ! Mais nous savons aussi reconnaître un club compétent. Malgré certaines périodes difficiles, l’OM reste le club le plus titré de France », souligne Pierre avec joie : neuf fois champion de France, dix coupes de France, une coupe de la Ligue, une ligue des champions, une coupe Intertoto.

Tchek reprend la parole, vide son sac : « Il fut un temps, je supportais, bien sûr, en tant que Parisien, le PSG. Etant français, d’origine sénégalaise, je me souviens qu’il y avait des cris de singe dans le stade. Notamment lors d’un match ou Georges Weah, Ballon d’or en 1995, jouait. C’était un scandale ! Malheureusement, cette image restera gravée dans mon esprit. Même si je sais qu’aujourd’hui, ça ne se fait plus trop. Mais quelque chose a été brisée… Je ne me reconnais pas du tout dans les supporters parisiens, sans parler des résultats sportifs. »

« Au Stade Vélodrome, c’est pas pareil, affirme Tchek : Les tribunes sont multicolores avec des supporters hissant des drapeaux de différents pals. C’est un club qui appartient au peuple français et l’on peut s’y retrouver facilement. » Rendez-vous dimanche pour le défilé des champions de France à 15 heures au Vieux-Port. Et sur tous les Vieux-Port qu’on porte dans le cœur. Peuchère !

Lina Wallis

Lina Wallis

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022