Le Monde du dimanche 31 Décembre annonçait sur une pleine page une nouvelle émission politique sur France Bleue Ile de France en partenariat avec le Bondy Blog. « Pas de quartier ! » devait couvrir la campagne présidentielle. Cette émission a été enterrée lundi matin.

« Pas de quartier !» restera une émission culte, puisqu’elle n’aura jamais existé. Elle devait être une émission politique hebdomadaire recevant les candidats à la présidentielle pour évoquer avec eux en profondeur la question des quartiers populaires.

Plusieurs partenaires étaient associés pour cette émission, un reporter de France Culture, un journaliste de France Inter, le Bondy Blog, l’école de journalisme de sciences-po, un journaliste du Mouv’ et de Radio Droit de Cité.

Depuis près de deux mois, ce projet traînait dans les couloirs de Radio France.
Une réunion organisée fin novembre avec les directeurs de rédaction de toutes les chaînes avait déjà jeté un premier trouble. « Impossible de gérer le temps de parole, cette émission ne pourra être diffusée…. ou peut être sur le site Internet. » 

Merci M’sieurs Dames mais pour Internet, nous avons déjà le Bondy Blog, on reviendra vous voir lorsque vous serez prêts à lâcher un peu plus que les restes. Nous étions alors sortis du projet. Rebondissement début Décembre, les deux initiateurs du projet nous recontactent pour nous dire que l’émission sera finalement diffusée sur France Bleue Ile de France. Bon, c’est pas le Pérou mais c’est déjà ça (rires).

L’équipe se met donc en ordre de bataille, les candidats sont officiellement invités, la première émission est programmée pour le samedi 13 janvier 2007, premier invité François Bayrou. «Ce sera une émission de service public sur des problèmes concrets dont on ne parle pas habituellement » annonçait Omar Ouhamane, reporter à France Culture et initiateur du projet avec Fahim Benchouk du Mouv’. « David Kessler, directeur de France Culture défend ardemment le projet auprès du président de Radio France, Jean Paul Cluzel qui l’accepte immédiatement » disait l’article du Monde. Tout ceci paraissait bien ficelé bien que préparé dans l’urgence. Lundi matin, 5 jours avant l’émission, le projet est enterré sans réelle explication. Alors que s’est-il passé depuis ?

Difficulté de la gestion des temps de parole imposés par le CSA, susceptibilités froissées dans l’organigramme de Radio France, frilosité sur un sujet sensible, peur de confier l’antenne… En tout cas, en reculant sur ce projet, Radio France retire un espace de parole et de débat qui aurait été utile dans cette campagne présidentielle. Enfin, il nous reste le Bondy Blog et nous n’avons pas dit notre dernier mot.

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022