C’était jeudi soir, dans le TGV 9277 en direction de Lausanne. Au départ du train, à 18h04, toutes les places sont prises, mais dans la voiture-restaurant, on découvre une curieuse ambiance. Juchés sur les tabourets hauts, trois ou quatre gaillards ont le nez plongé leur laptop. Manifestement ils se connaissent, de temps en temps échangent quelques mots. Ce sont des pendulaires, ils travaillent à Paris mais habitent à Dijon. « Moi, je pars à 6h de chez moi, explique l’un d’eux, et j’arrive à 8h30 au bureau. C’est tranquille ! »

Ca fait quand même cinq heures de déplacement par jour, ce n’est pas fatigant ?

Oh non, s’exclament-ils en chœur. Mieux vaut ça que le RER !

Dans le groupe, un seul n’a pas d’ordinateur portable, il joue au sudoku. On me le présente : « Lui, c’est l’ancêtre, ça fait 21 ans qu’il fait les courses. » Sa philosophie tient en quelques mots : « Paris, faut avoir les moyens ! Et moi, je préfère Dijon à la banlieue. »

D’ailleurs on arrive. Dijon, les deux tiers du train descendent. Il est bientôt 20 heures. Ils ne sont pas encore chez eux, mais ils ont échappé à la banlieue…

Alain Rebetez (L’Hebdo)

Alain Rebetez

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022